Arabe
English
 
 
 
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

LE ROYAUME DES BARGHAWATA

Un royaume berbère original , très mal connu.

Ce texte n’a pas prétention d’apporter des éléments nouveaux sur ce royaume berbère tout au moins original . Il s’agit pour moi à travers cet article de la faire connaître un peu plus.

En effet , très peu de chercheurs contemporains se sont réellement intéressés à ce à ce sujet  (mis à part l’excellent travail de Talbi et le travail sur l’origine du nom de M . Redjala ). 

            Les sources historiques sont peu nombreuses et  et peu fiables pour parler sans prudence de ce royaume qui a pourtant duré quatre siècles . 

            La question fondamentale , à mon avis , est de savoir pourquoi il ne reste plus de documents écrits contemporain des Berghwata . On pense spontanément que les archives ont été volontairement détruites pour faire passer dans l’oubli un peuple qui dérangeait et qui remettait en question des valeurs arabes et islamiques déjà bien implantées à cette époque .

Quelle est l’origine de ce royaume ?

Les sources historiques diffèrent quand à leur origine . Des trois traditions qui nous sont parvenues , celle de Cordoue est la plus importante puisque confirmé par Abou Salih Zemmour , grand prieur , dépêché en ambassade auprès du Calife arabe de Cordoue par le septième prince de la Dynastie des Berghwata au milieu du dixième siècle . 

        Cette tradition qui nous est rapportée par El Bekri , Ibn Idari et Ibn Khaldoun nous apprend que le fondateur de cette dynastie , Tarif , était originaire de Salé et était de confession juive . 

          Bien que plausible , cette tradition n’est pas sûre puisque si l’on en croit Ibn Khaldoun , les barghwatatis font partie de la grande tribu des Masmouda et auraient existé avant l’Islam . De plus , El Bekri rapporte une autre source selon laquelle barghwatai serait une simple déformation de Barbat , localité espagnole , où  vécut le troisième prince de la Dynastie Tarifienne . M . Redjala , chercheur à l’Iremam ( Aix – en Provence) , vient ajouter à la confusion en proposant sa propre interprétation . Il les fait en effet venir des BALAGHWAT qui seraient partis de l’actuelle LAGHWAT ( Algérie) vers le TAMESNA (Maroc) . 

          La question posée n’a donc pas encore trouvé de réponse . Voilà une piste de recherche fort intéressante .

Quel est l’intérêt de mieux faire connaître ce Royaume ? 

L’originalité des Berghwata réside dans le fait que les connaissances acquises auprès des arabes ont été retournées contre eux . Le rejet de cet « autre » , vu comme un étranger conquérant , s’est exprimé violemment mais avec une radicalisation extrême . 

         Durant quatre siècles ( 741 – 11 – 1148 ) , ce Royaume de Tamesna occupant l’espace entre Salé et Azemmour sur la côte atlantique marocaine , s’était donné un prophète , un nouveau coran et utilisait le berbère comme langue officielle .

          Ce particularisme lui a valu les geôles de l’histoire .  

Naissance du Barghwatisme

 Pour mieux comprendre la doctrine des barghwatis , il est utile de la situer par rapport au mouvement kharidjite , c’est au septième siècle que Ali devait théoriquement se rendre maître du Califa . Ce dernier lui fût contesté par Moawiya et il s’en suivi un arbitrage qui fut à l’origine d’une désertion d’un nombre important de soldats de l’armée d’Ali . Ces kharidjites (du mot kharadji..sortir furent persécutés et trouvèrent refuge en Algérie où ils prospérèrent . 

          La doctrine kharidjite prônait en effet l’égalitarisme et les berbères y adhérèrent en masse pour marquer une opposition au pouvoir central arabe qui refusait d’accorder les pleins   droits aux populations autochtones . 

          Tarif , fondateur du Royaume des Barghwata , s’était d’abord fait sofrite , une tendance dure du mouvement kharidjite , et combattit auprès de Maysara chef militaire kharidjite . Son engagement s’expliquerait par une volonté d’être musulman mais berbère . 

          Lorsque les kharidjites perdirent la bataille de Kairouan , Tarif se refugia et fonda sa dynastie dans la première moitié du huitième siècle . Il continua son combat contre l’occupant arabe qui n’accordait que le statut de deuxième collège aux berbères musulmans . l’idéologie barghwatie est donc née d’une volonté de lutter contre l’oppression . Les Tarifiens franchirent le Rubicon en rejetant à la fois l’Islam comme religion et l’arabe comme langue . 

         En fait la religion Barghwatie fut l’œuvre de Salih fils de Tarif , mais restait publiquement musulman pour des raison de sécurité . C’est son petit fils Younes ( deuxième partie du neuvième siècle ) fils de Lyes qui divulga la prophétie et l’imposa par les armes .

En quoi consistait la religion des Barghwata ?

Lorsque Younes révéla la prophétie , il l’attribua à son grand – père qui fut un exemple de sagesse . Mais il faut citer une autre particularité , les chefs de la Dynastie Barghwatie étaient prophètes de père en fils . 

         La stratégie de Younes pour lutter contre l’occupant était de présenter face à l’Islam une religion qui leur était propre et face l’arabe le berbère . 

          Pour justifier l’utilisation du berbère , Younes fait appel à une sourate coranique : « Nous avons envoyé à chaque peuple un prophète qui lui parlerait dans sa langue. » Comme il fait toujours appel au Coran pour légitimer Salih , qui selon lui était nommément annoncé comme dernier prophète . Younes fait alors appeler son grand – père WER YELLI WARA  ( celui après qui il n y a personne). 

          Le livre Barghwati qui fut révélé en berbère contenait quatre vingt (80) chapitres et retient de nombreux titres propres au Coran et à la Bible. Le message devait servir , entre autre , à pratiquer les dix prières ( 5 de jour , 5 de nuit ) après des ablutions touchant la presque totalité du corps. 

         En fait cette religion s’avérera plus exigeante que le Coran musulman . Il fallait prouver qu’on pouvait aller encore plus loin dans la voie de pureté et de l’ascétisme . Ainsi en plus du mois de carême ( qui ne coïncidait pas avec celui des musulmans ) , il fallait jeûner de nombreuses autres journées dans l’année . Le zèle était poussé jusqu'à réciter tout le livre à chaque prière . Les restrictions alimentaires étaient encore plus draconiennes et la polygamie était sans limite . 

         Tout était donc fait pour élargir au maximum le fossé entre eux et les Arabes .

Du point de vue de la langue

Faute d’archives , détruites vraisemblablement , il est difficile de se prononcer quant à l’utilisation du berbère dans les affaires administratives . Cela n’est néanmoins pas impossible puisque Abu Salih Zemmour , grand prieur de la Dynastie Tarifienne à Cordoue , parfait en berbère et se faisait traduire en arabe par un interprète . De plus nous savons que leur livre a été révélé dans leur langue . 

         Tout concorde donc pour penser que le berbère avait statut de langue officielle , unique fois dans l’histoire des Berbères . 

          Ainsi donc comme pour le Donatisme ( 305 ap .J.C ) dans la période romaine , où le kharidjisme (740) , le barghwatisme a été un instrument de lutte contre une répression militaire et une oppression culturelle . 

          Il s’agissait pour les berbères d’affirmer pleinement leur berbérité à travers leur propre langue et leur propre religion . 

                    Mouloud lounaouci      « Imazighen Ass – A » Revue culturelle de l’association   TAMAZGHA – ISSN -    1255 –    6416 – N° 2/3 Mars 1995.

 
Headquarters: Amazigh World (Amadal  Amazigh), North America
Copyright 2002  Amazigh World. All rights reserved.