Arabe
English
 
 
 
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

L'ORIGINE DU PEUPLE BERBERE ET DE SA LANGUE

DES BERBERES DE GENIE...

Ce peuple dont les ancêtres ont bâti les pyramides et qui, tout au long des siècles, à travers toutes les civilisations qui se sont manifestées au Nord de l'Afrique. a donné à l'humanité des chefs militaires de génie, comme Hannibal, Juqurtha, Tarik ;  des philosophes éminents comme Tertullien, Plotin, Saint Augustin, Iben Khaldoun, et, de nos jours, des techniciens de la valeur de Bou-Akouir des poètes comme Mohand O'Mehind ;  des écrivains tels que Jean Amrouche,  Ferahoun,  Sahili,  Amar Naroun, Lamek, Boussaoub ; des compositeurs comme Taweus Amrouche, Azzam, Mouloudji ;  ce peuple ne peut demeurer un peuple mineur. Il faut qu'il reprenne ses destinées cultu­relles,  développe  sa  civilisation  et reconstitue sa grammaire. Pour cela, il doit sortir de sa stagnation, retrouver son écriture moyen d'expres­sion indispensable, car, comme l'écrit M. Eugêne Guernier :

 Tout peuple qui ne possède pas de langue écrite ne peut participer que de très loin à la course universelle de l'esprit humain.  

GRAMMAIRES BERBERES

De nombreuses publications et essais grammaticaux ont été élaborés par des berbèrologues éminents. Ils ont accompli un travail considérable, de recherche et de synthèse, qui force l'admiration. Ces diverses grammaires se sont avérées trop compliquées, très difficilement intelligibles et manquent de clarté. Ces travaux ont abouti à donner le visage d'une langue berbère faussement apparentée à la langue arabe.  

RACINES COMMUNES AU GREC ET AU BERBERE

La langue berbère est une langue originale : elle ne peut s'apparenter qu'à la langue grecque. Elles sont de même souche. Ce sont les deux seules langues possédant des articles analogues: O – A - To - Ta - communes. Ainsi "lumière", en langue grecque se dit "phaus" ; en berbère : "phate" (ta). De même, le mot "thalasso", en langue grecque, signifie "océan" en langue berbère, le mot "tala" signifie "source". Le mot "amokrane", qui signifie "long", "grand", a la même racine que "makros" En grec de même signification. Nous pouvons ainsi multiplier les exemples.

Il n'est tout de même pas inutile de rappeler que la négation (ne... pas) est la même dans les deux langues (ou ... ara). Pour toutes ces raisons, la grammaire que nous présentons est différente de toutes celles qui ont paru à ce jour.

Il était possible d'utiliser, comme caractère d'écriture, les lettres de l'alphabet grec ou de prendre un alphabet en "ti finar" que M. Khelifati, ce savant berbériste, a constitué d'une façon complète. Cependant, il nous a semblé que, tenant compte de l'époque où nous vivons, il nous fallait une écriture simple, pratique et moderne.  

UN CHOIX : LA TRANSCRIPTION LATINE

Nous avons donc choisi les lettres de l'alphabet latin. En effet, actuellement, les langues (les sémitiques et les chinoises exceptées) de tous les peuples évolués du globe s'écrivent an caractères latins. Nous avons tout de même ajouté certaines lettres grecques pour exprimer certains phonèmes inexistants dans la langue latine. Nous avons également modifié la phonétique de certaines lettres latines.

Dans un but de simplification, nous n'avons pas cru nécessaire d'utiliser des signes d'accentuation. Dans le cas où les voyelles doivent être prononcées sur un ton particulier, nous le précisons par l'emploi d'une diphtongue. Ainsi : euleine pour eulène. Nous n'avons pas voulu attacher d'importance à la différence de prononciation d'une lettre par les Berbères de régions diverses. Ainsi, prononcer le mot porte : ta pourte ou : ta bourte ou : ta gourte ou :  ta wourte, ne sont que des différences d'accentuation qui ne modifient nullement le sens du mot.

Enfin, dans un but de compréhension et de divulgation, chaque page écrite en berbère est traduite simultanément en langue française sur la page concomitante.

Cette grammaire n'est évidemment pas parfaite, mais il faut espérer qu'elle sera un point de départ et qu'elle contribuera à l'épanouissement de la culture berbère. C'est mon vœu le plus cher. 

BIBLI OGRAPHIE NOTES

 

-André Aubert , Histoire. L’Orient et la Grece

- General Bremond, Berbères et Arabes

- E.Cavaignac, Chronologie de l’Histoire mondiale

-Marcel Cohen, L’Ecriture

-R. et M. Cornevin, Histoire de l’Afrique

-A. De Buck, Grammaire du moyen Egyptien

- J. Despois, Afrique du Nord

-Eugene Guernier, l’Apport de l’Afrique à la pensée humaine

-A. Hanoteau et A. Le Tourneux, La kabylie et lres coutumes Kabyles

-Horodote, Histoire

-M. J. Herskovits , L’Afrique et les Africains

-Adolphe Erman, L’Egypte des Pharaons

-Henri Lhote, La découverte des fresques du Tassili

-La Rousse, Dictionnaire encyclopédique

-A. Naroun et Marechal, A. Juin, Histoire Parallele. La France en Algerie

-G. Picard, Le monde de carthage

-J. Pirenne, Histoire de la Ccivilisation et de l’Egypte ancienne

- Sallustre, Jugartha.

-Edward-Westermarck, Survivances païennes dans la civilisation Mahometane       

1-     « Tissine y ta seguemte u meslaï Beurbrieune » - «  connaissance et synthaxe du language des Berberes » par said Hanouz, Librairie Klincksieck, Paris 1968. Dedicace de Said Hanouz enn tete de son opuvrage : «  je dedie cette frammaire : 

-         à la memoire de mon pere, Si Aomeur O’Aenouz, et de ma mere, Sahara Ai-Te-Hamrite ;

-         à mes freres : Abdenour et Lahcen, afin de leur rappeler la langue de leus anceytres ;

-         à mes enfants : Lucide et Daniel, afin de les initier à la langue de leur pére ;

-         à mon epouse : Irmine, pour sa precieuse collaboration ;

-         à Anne-Marie Chabry, en souvenir du temps passé ;

-         à tous les berberes, afin qu ils se retrouvent autour de leur langue ;

-         à la France, pays de liberté et de haute culture.

2-     Maxyes = Mazigh? (NDLR)

3-     Zauèces = Zaïn? ( NDLR)

TIFINAGH vol. 1 N° 3-4, avril / juillet 1994 - Maroc

Headquarters: Amazigh World (Amadal  Amazigh), North America
Copyright 2002  Amazigh World. All rights reserved.