Arabe
English
 
 
 
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

SALIH' et H'AMIM : Des prophétes Amazighes

SALIH' et H'AMIM

Hérétiques berbères, qui se présentèrent comme prophètes et fondèrent, à partir du 10 eme siècle des religions inspirées de l'Islam

C'est au l0ème siècle que fut fondé par les Berghwata, confédération de tribus masmoudiennes, installées dans l'ouest du Maroc, le premier royaume hérétique berbère. C'est la politique d'exploitation et d'humiliation menée à l'égard des Berbères par les gouverneurs arabes qui les poussa à s'allier d'abord avec les Kharéjites, hérétiques venus d'Orient, qui prêchaient, contre la prétention des Arabes à gouverner seuls, l'égalité des Musulmans, en dehors de tout critère social ou racial. Par la suite, les Berbères, pour mieux affirmer leur indépendance et leur aspiration à fonder une nation, voulurent se donner une religion propre. Ils n'abandonnaient pas entièrement l'Islam, mais ils le transformaient profondément de manière à l'adapter à leurs croyances et à leurs traditions.

Profitant de la révolte kharédjite, les Berghwata prirent les armes contre les Arabes, sous la direction de Maysara, un porteur d'eau de Tanger. Leur roi, à l'époque, s'appelait Tarîf Abû Salih' : c'est son fils, Salih' qui aurait fondé la nouvelle religion, mais celle-ci fut gardée secrète pendant deux générations. C'est son petit-fils Yunus qui la révéla, en proclamant son grand père le Salih' al Mu'minîn, "le vertueux d'entre les croyants", dont parle le Coran (sourate 66, verset 4). Il prétendait avoir reçu la révélation, en berbère, d'un livre qui contenait quatre-vingt sourates, portant, comme le Coran, des noms de prophètes (Job, Jonas, Saül) ou d'animaux (le coq, la perdrix, la sauterelle). En plus de ce livre que l'on devait réciter à toutes les prières, Salih' avait donné à son peuple un code de lois religieuses spécifiques : le nombre des prières canoniques était de dix et non de cinq comme chez les autres musulmans, le mois de jeûne n'était ramadhan mais radjab, la prière publique avait le jeudi et non le vendredi, la magie et la divination étaient autorisées etc. Les interdictions alimentaires étaient plus sévères que celles de l'lslam : Salih' interdisait les oeufs, les têtes d'animauw licites comme le mouton, et la chair du coq, tenu pour un animal sacré. Des historiens pensent c'est Yunus lui-même quia élaboré ces doctrines. D'ailleurs, il s'en est fait l'ardent propagandiste convertissant de force ceux qui refusaient l'hérésie. Les Musulmans orthodoxes, Arabes Berbères, appelèrent à la guerre sainte contre les hérétiques, mais ceux-ci, retranchés dans leur territoire, ont pu se défendre et protéger longtemps leur religion.
H'a Mîm est un autre "prophète" qui prétendait détenir une révélation en berbère et fonda une religion propre.

Selon les sources arabes, il avait pour surnom Muh'ammad (il aurait donc eu un fils nommé ainsi) son père s'appelait Abû Khalaf Mann Allah. Quant au curieux nom de H'a Mîm, il est tiré du Coran, plus exactement des deux le mystérieuses, H. M., qui figurent à la tête de certaines sourates.

Il appartenait à la grande tribu berbère des Ghomara et c'est dans cette tribu, plus exactement dans les environs de Tétouan, au Maroc, commença à prêcher vers 925. On ne connaît pas grand chose de la vie de H'a Mîm ni de sa religion. Les quelques renseignements dont nous disposons proviennent essentiellement de l'historien arabe AI Bekri, un auteur sunnite qui ne cache pas son hostilité à l'hérésie et qui, par conséquent, n'est pas objectif.

H'a Mîm se prétendait prophète et se disait envoyé par Dieu pour réformer la religion musulmane que les Arabes avaient altérée. Il composa, en berbère, un Coran où figure notamment, d'après Al-Bekrî, la profession de foi suivante : "Il n ' y a de Dieu que Dieu...Je crois en H'a Mîm, en Abû Khalaf et en Tangit"

Abû Khalâf (ou Abû Yaklût) était le père de H'a Mîm et Tangit (ou Tanqit) sa tante qui était, toujours selon AI Bakrî, une magicienne. La soeur de H'a Mîm, Dadjdju ou Dâbbu, était également une magicienne et les fidèles sollicitaient son secours. H'a Mîm avait conservé les principales obligations religieuses de l'Islam comme la prière et le jeûne mais il transforma la plupart d'entre elles pour les conformer aux traditions des Berbères ou alors pour se distinguer des orthodoxes. Ainsi, il imposait le jêune annuel mais seulement les trois derniers jours du ramadhan et non le mois entier, la fête de la rupture du jeune n'avait pas lieu le jour de la rupture mais le lendemain. A l'inverse, H'a Mîm avait instauré un jeune hebdomadaire d'une demi journée le mercredi et d'une journée entière le jeudi. Le nombre de prières quotidiennes était réduit à deux: la prière du lever du soleil et celle du coucher. La zakat ou impôt légal sur la fortune étai fixée au dixième de chaque chose possédée. Le pèlerinage à la Mecque était supprimé. La consommation de viande de sanglier était autorisée, quant au poisson, il ne pouvait être consommé que si on l'égorgeait rituellement. Enfin, la chair des oiseaux, y compris celle des gallinacés, ainsi que les oeufs, jugés impurs, étaient prohibés.

Une telle hérésie souleva l'hostilité des musulmans orthodoxes, arabes et berbères, qui la combattirent. H'a Mîm mourut d'ailleurs au cours d'un combat, en 928 ou 931.

Sa religion lui survécut jusqu'au 11ème siècle, date à laquelle ses adeptes furent convertis de force à l'orthodoxie par les Almoravides.

M. A. Haddadou

Source : Livre de A.HADDADOU


Auteur: A. Haddadou
Date : 2009-04-20


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de A. Haddadou
Envoyer l'article à un ami
Article lu 24830 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: rouani mohamed Le : 2015-02-16
Titre: salut tt le monde
Pays: Algeria  

j'ai entendu dire que le coran a parlé des berberes. y'a quelqu'un qui peut me dire la sourate sui parle des berberes merci  
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 8r0m2hai ici :  
 
 

D'autres articles :

 
Décès de Brahim Akhyat, le CMA salue la mémoire d’un grand militant amazigh
C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Brahim Akhyat en son domicile à Rabat ce mercredi 25 yennayer 2968 – 7 février 2018.... - - Auteur: CMA - Date : 2018-02-07

 

 
Brahim Akhiat n’est plus
Le pionnier de la revendication amazighe au Maroc, Brahim Akhiat, n’est plus. Il s’est éteint en silence, loin des feux des projecteurs. Il fut tenace. Il avait une ambition et un rêve : la reconnaissance officielle de son identité – notre identité- amazighe dans toutes ses dimensions. C’est un homme discret et pragmatique. ... - - Auteur: Moha MOUKHLIS - Date : 2018-02-07

 

 
Hommage à Mohamed Mounib
Nous voici donc acculé par le destin amer. Pour rendre hommage à un militant de taille, Mohamed Mounib, qui vient de nous quitter subitement. Un homme de valeur. Mais encore. Qui consacra sa vie pour fédérer la mouvance amazighe, rassembler. Par conviction. Il fut notre carrefour à Agadir. Sa maison resta ouverte, quotidiennement. Il a écouté tout le monde. Et que de plaisir lui procuré l’action d’unir. Un homme de valeur. Un combattant émérite. Un militant serein. Mounib nous lègue un espoir de grandeur et de défi.... - - Auteur: Moha Moukhlis - Date : 2017-12-13

 

 
Azul Iman n Mounib (Salut, Âme de Mounib)
Nous n’avons pas perdu Mounib. Il est, seulement, passé à l’autre bord ; comme on dit en tamazight. C’est la loi de la nature. Mais il est toujours présent par ses réalisations et son comportement exemplaire. On peut évidemment parler du militant ; beaucoup d’amis vont certainement le faire. J’ai choisi, pour ma part, de surtout parler de l’homme. ... - - Auteur: Hha Oudadess - Date : 2017-12-06

 

 
Maroc : le mouvement Amazigh vient de perdre un de ces piliers
Mohamed Mounib, l'un des premiers militants de la cause identitaire amazighe au Maroc vient de donner son âme le 3 décembre 2017 à la ville d’Agadir. Son apport au combat Amazigh surtout dans le Souss et même à l’échelle nationale était très important. ... - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-12-04

 

 
Hommage à la fameuse actrice marocaine Loubna Abidar
La fameuse actrice Amazighe Loubna Abidar, originaire de la ville Ocre de Marrakech, vient d’annoncer, mercredi 19 juillet 2017, sur un post partagé sur Facebook, être atteinte d'une "maladie maligne de la gorge".  Le site Amazighworld profite de l’occasion pour lui souhaiter un bon rétablissement et surtout pour lui rendre hommage pour plusieurs raisons et en particulier : ... - - Auteur: Amazighworld - Date : 2017-09-04

 

 
ⵢⵓⵙⴼ ⵓ ⵜⴰⵛⴼⵉⵍ : le 1er Roi de la dynastie Amazighe des Almoravides
Youssef Ibn Tachfin (1009-1106) (arabe: يوسف بن تاشفين ) (Amazigh : ⵢⵓⵙⴼ ⵓ ⵜⴰⵛⴼⵉⵍ - Yusef U Tacfin), aussi nommé Yussuf Ou Tashfine, est le premier Roi de la dynastie Amazighe des Almoravides. C’est la seule vraie photo du Roi, elle est exposée dans un musée à Valence. Elle est dessinée par un artiste Juif vivant Andalousie. Le Roi a régné sur un grand empire constitué de la partie occidentale de Tamazgha (Afrique du Nord) et la péninsule ibérique : le Maroc, l'ouest de l'Algérie, la Mauritanie, le Sénégal, l'Espagne et le Portugal. Il est mort en 1106. ... - - Auteur: Moha Bouwawal - Date : 2017-08-15

 

 
Le Caïd Aâddi Oubihi
َAâdi Oubihi de son vrai nom: Aâddi ben Bihi Ait Rahou, est originaire des Aït Yahia Oukhlifa qui est une branche de la grande tribu guerrière des Ait Izdi (Ait Zdeg).... - - Auteur: HAMZAOUI Abdelmalek - Date : 2017-06-05

 

 
Michaël Peyron
ⵉⵣⵎ ⴰⴱⵔⴱⴰⵛ ou ⴰⵍⵖⴰⵎ ⵍⵄⵡⴰⵔⵉ. C’est un berbérisant qui naquit en 1935 à Cannes en France. Il est le fils de Peyron Frédéric Aimé, de nationalité Française et de Fiona Margaret, dont le nom de jeune fille était, Maclver originaire d’Ecosse.L’enfant Michaël, après la séparation de ses parents passa, en 1942, alors qu’il n’était âgé que de 7 ans, un laps de temps avec sa tante, du côté de son père, Mme Camille, à Lausanne, en Suisse. A la fin de cette même année, il fut envoyé en Angleterre pour y poursuivre des études. ... - - Auteur: HAMZAOUI Abdelmalek - Date : 2017-05-03

 

 
Président François Hollande nomme l’artiste Amazighe Kabyle DJURA au Conseil économique, social et environnemental
Par décret du Président de la République française en date du 17 mars 2017, le président François Hollande a nommé l’artiste et militante Amazighe kabyle DJURA aisin que d’autres personnalités au Conseil économique, social et environnemental français. Madame Djouhra ABOUDA, est une artiste - Réalisatrice – Écrivain, Dite Djura Fondatrice  de Célèbre Groupe de Femme de Chants Berbères DjurDjura "... - - Auteur: Mohamed EL OUAZGUITI - Date : 2017-04-10

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.