Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

Histoire de la Kahina (Dihya)

Une statue à l'effigie de la Kahena a été élevée à Khenchela en 2003.

Kahena (signifiant « prêtresse » , « devineresse » en arabe), de son vrai nom Dihya ou Damya (en tifinagh : ⴷⵉⵃⵢⴰ), est une reine guerrière Amazigh zénète des Aurès qui combattit les Omeyyades lors de l'expansion islamique en Afrique du Nord au viie siècle.

Plusieurs femmes ont écrit des romans sur la Kahena au xxe siècle et plusieurs penseurs disent que c'est une des premières féministes bien avant le Moyen Âge et une des premières reines guerrières de l'Histoire. De nombreux auteurs la considèrent comme juive, d'autres comme chrétienne et Ibn Khaldoun lui attribue des pouvoirs surnaturels.

Pour les Amazighs des Aurès, elle s'appelait Dyhia Tadmut qui veut dire la belle gazelle en Tamazight. D'autres Chaouis disent Damya, qui vient du verbe edmy en Tamazight, qui signifie devineresse6. Les écrivains en langue arabe au Moyen Âge rapportent le nom de Dihya et le surnom de Kahina à l'exemple d'Ibn Khaldoun. La majorité des écrits sur cette femme reprennent son surnom Kahena dans les récits historiques ou littéraires.

Le surnom Kahena a plusieurs significations en arabe, en hébreu ou en grec. En arabe, Kahena désigne une devineresse ou une sorcière, ce qui est péjoratif pour certaines interprétations. En grec, Kahena est tiré de Karina qui signifie être pur. En hébreu le mot est proche de Cohen qui a un sens de prêtre. (En français, le nom Corinne a le sens d'être pur). La présence de deux des six anciennes nécropoles réservées aux Cohanim en Afrique du Nord qui se trouvaient à Biskra et à Bône pourraient être reliées à la famille de la Kahena.

Dans la région des Aurès, les chaouis l'appellent Yemma El Kahina (maman Kahina) et plusieurs chansons lui sont dédiées dans le terroir chaouis, soit en arabe soit en chaouis. Le groupe le plus connu de la ville de Batna et en Algérie portait le nom de El Kahina dans les années 1980.

La conquête de l'Afrique du Nord est décidée par le chef de la dynastie omeyade, Muawiya Ier. À l'aube de l'invasion, l'unité politique et administrative de la Tamazgha orientale et centrale (les Aurès, actuellement à l'est de l'Algérie et à l'ouest de la Tunisie) était en grande partie réalisée par Kusayla7, chef de la résistance à la Conquête musulmane du Maghreb (règne de 660 à 686). Kusayla, converti à l'islam, entre en conflit avec Oqba Ibn Nafi Al Fihri, général de l'armée des Omeyades.

À son décès en 686, Dihya prend la tête de la résistance. Elle était issue de la tribu des Djerawa, une tribu Amazighe zénète de Numidie, selon les chroniqueurs en langue arabe au Moyen Âge. Fille unique, elle aurait été élue ou nommée par sa tribu après la mort de son père8.

Dihya procéda à l'appel de nombreuses tribus de l'Afrique du Nord orientale et du Sud pour déclencher la guerre contre les Omeyades.

Elle défait par deux fois la grande armée des Omeyyades grâce à l'apport des cavaliers des Banou Ifren.
Elle règne sur tout l'Ifriqiya pendant cinq ans. Vaincue en 693 par Hassan Ibn en N'uman dans la dernière bataille contre les Omeyyades, elle se réfugie dans l'Amphithéâtre d'El Jem.

Elle est enfin faite prisonnière, puis décapitée au lieu dit Bir El Kahina. Les chefs de l'armée Omeyades envoient sa tête en trophée au calife Abd al-Malik en Syrie.
Dihya sera la seule femme de l'histoire à combattre l'empire omeyyade. Les Omeyyades demandent aux Zénètes de leur fournir douze mille combattants pour la conquête de l'Andalousie comme condition à la cessation de la guerre.

L'intervention de Musa ben Nusayr règle le problème avec les Berbères en nommant Tariq ibn Ziyad à la tête de l'armée zénète et des autres Berbères12. Son fils devient gouverneur de la région des Aurès et par la suite sa tribu aura un pouvoir lors[Quoi ?] des Zirides dans les Aurès.

 

 


Auteur: Nostalgie Kabylie
Date : 2013-11-17


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
Les écrits du même auteur
Envoyer l'article à un ami
Article lu 4348 fois
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion

votre email ici:

 

Les commentaires

Important :Prière noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 
N°: 1---  
Quand je vois comment l\'histoire du monde ,de son partage et des religions dont les puissants de l\'occident et l\'orient se appropriés pour la travestir à leur convenance ne m\'étonnent guère. Que chacun veuille lui trouver ses origines pour mieux effacer les civilisations autochtones sources de leur inspiration et d\'édification de leur nation.Tout est bon pour détruire l\'autre et se construire par dessus.

JE N Y CROIS RIEN DE LEURS SORNETTES..
Au regard de la civilisation amazigh millénaire des pharaons .Kahina ne peut être qu\'ne pure amazigh car elle s\'inscrit dans la trajectoire de sa civilisation..Qu\'elle s\'appelle x ou y à mes yeux n\'a aucune imporatnce,ses actes son digne de son appartenance AMAZIGHE qui s\'inscrivent dans la lignée de sa civilisation .on pourra raconter des bobards mais un peu de bon sens au regard de l\'histoire des imazighens nul doute sur son appartenance.

imazighens ont civilisation particulière qui s\'inscrit dans cette de l\'humanité c\'est pour cela que chacun cherche à les déposséder. Ce n\'est pas le cheval de barbe qui dira le contraire.
imazighens un histoire d\'homme de liberté et de lumière qui ont illuminé l\'occident voir plus pour que ce dernier leur déni d\'avoir aujourd\'hui un état.Hollnade et ses alliés le savent bien..
 
Par: MAZIGH Le : 2013-11-18
 

 
N°: 2---  
Quand je vois comment l\'histoire du monde ,de son partage et des religions dont les puissants de l\'occident et l\'orient se appropriés pour la travestir à leur convenance ne m\'étonnent guère. Que chacun veuille lui trouver ses origines pour mieux effacer les civilisations autochtones sources de leur inspiration et d\'édification de leur nation.Tout est bon pour détruire l\'autre et se construire par dessus.

JE N Y CROIS RIEN DE LEURS SORNETTES..
Au regard de la civilisation amazigh millénaire des pharaons .Kahina ne peut être qu\'ne pure amazigh car elle s\'inscrit dans la trajectoire de sa civilisation..Qu\'elle s\'appelle x ou y à mes yeux n\'a aucune imporatnce,ses actes son digne de son appartenance AMAZIGHE qui s\'inscrivent dans la lignée de sa civilisation .on pourra raconter des bobards mais un peu de bon sens au regard de l\'histoire des imazighens nul doute sur son appartenance.

imazighens ont civilisation particulière qui s\'inscrit dans cette de l\'humanité c\'est pour cela que chacun cherche à les déposséder. Ce n\'est pas le cheval de barbe qui dira le contraire.
imazighens un histoire d\'homme de liberté et de lumière qui ont illuminé l\'occident voir plus pour que ce dernier leur déni d\'avoir aujourd\'hui un état.Hollnade et ses alliés le savent bien..
 
Par: MAZIGH Le : 2013-11-18
 

 
N°: 3--- Egyptien  
Il y a bien eu un pharaon égyptien berbère mais en quoi cela fait de la civilisation égyptienne une civilisation berbère, je vois pas le lien.  
Par: Rabah Le : 2013-12-10
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant itmyfvdt ici :  
 
 

 

 
"Cacnaq" ou Sheshonq Ier Un berbère fondateur de la XXIIe dynastie en Egypte !
C’est en l’an 950 an avant Jésus Christ que ce désecndant d’un chef lybien (berbère) qui a établi sa domination sur Hiérakléopolis, en Moyenne-Égypte vers 1180 av. J.-C., qu’il réussit à imposer son pouvoir en Egypte. Et c’est cette date qui aurait été choisie, pendant les années 70, par des militants bebréristes, comme départ du "calendrier amazigh".... - - Auteur: Charles-André Julien - Date : 2014-01-21

 

 
Le premier jour de l’an, Ennayr *
Au souper de la première nuit de janvier, les Ntifa mangent, avec le couscous, une préparation appelée les "sept légumes"  où rentrent sept variètés de plantes vertes telles que l’artichaut, l’asperge sauvage, le cresson, le chèvre-feuille, le poireau. Après le repas, il est d’usage qu’une des femmes de la maison prenne une poignée de couscous et la présente à tour de rôle à chacun des membres de la famille en disant : "Tiens, mange." On doit répondre : "Je n’ai plus faim !" La même femme dépose ensuite la boulette sur le montant supérieur de la porte de l’habitation. Le lendemain, à la pointe du jour, elle l’examine et tire des ....... - - Auteur: Emile Laoust - Date : 2014-01-21

 

 
L’Ennayr chez At Snus*
Les renseignements qui suivent ont été recueillis, partie dans la tribu des Beni Snous (cercle de Maghnia), partie à Tlemcen et aux environs. Parmi mes informateurs, je remercie tout particulièrement M. Nedjar Mohammed, ancien élève de la médersa de Tlemcen ; - MM. Ben Khadda, de Géryville ; Senoussi, de Nedromah ; Daoudji, de Mazouna ; O. Safir, de Mascara ; Ch. Safir, de Saîda ; Kara et Hamidou, de Tlemcen ; tous élèves de la Médersa de Tlemcen ; - MM. Aî Amer et Ould Saîd, de Michelet, élève à la Médersa d’Alger. Je remercie bien vivement ....... - - Auteur: Edmond Destaing - Date : 2014-01-21

 

 
Civilisation amazighe : La fête de Yennayer : pratiques et présages
"Ad ffghen iberkanen, ad kecmen imellalen". Par cet adage est annoncé le premier jour de l’an "ixef useggwas" ou yennayer dans certains villages de Kabylie. Ce moment marque la séparation entre deux cycles solaires, passage des journées courtes, "noires" aux journées longues, "blanches" est fêté dans la quasi totalité des régions du Nord de l’Afrique. Dans son livre (1929), "La femme chaouia de l’Aurès", Mathéa GAUDRY, citant E. MASQUERAY, rappelle que yennayer est appelé "Ass n Ferɛun". (le jour du Pharaon). ... - - Auteur: Malha BENBRAHIM - Date : 2014-01-21

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.