Arabe
English
 
 
 
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

Le 11 septembre va-t-il changer le destin du moyen orient ?


Par Mohamed El ouazguiti, AmazighWorld.org
Date : 2016-09-19

Après plusieurs années de lutte, l’association des victimes du 11 septembre a eu gain de cause, le congrès américain a enfin cédé à sa pression. Il lève le secret d’état sur les 28 pages qui ont été supprimé du rapport de la commission d’enquête sur les attentats établis en 2003. Quelques mois après, le congrès américain a voté à l’unanimité une loi permettant à la justice américaine de traiter la plainte des membres de l’association contre l’Arabie Saoudite soupçonnée impliquée dans les attentats. Les évènements de l’histoire semblent accélérés pour changer le destin du moyen orient. Comment on est arrivé là ? En effet le processus a passé par plusieurs étapes de tensions politiques qu’il est intéressent de connaitre pour mieux comprendre :

Le prince Saoudien Adel bin Ahmed Al-Jubeir, récemment ministre des affaires étrangers depuis Avril 2015

Mars 2016 : soit quatre mois avant que le congrès vote la loi de la levée du secret d’état sur les 28 pages. Le prince Saoudien Adel bin Ahmed Al-Jubeir, ministre des Affaires étrangères de l’Arabie Saoudite, en visite à Washington a expliqué au président américain Barack Obama, selon le New York Times que le royaume serait obligé de vendre ces actifs de 750 milliards de dollars (bons du Trésor et autres) pour éviter qu’ils ne soient gelés. C’est aussi un moyen de mettre pression sur Congrès qui se prépare d’approuver une loi qui permettra de lancer des poursuites pour déterminer si l’Arabie est impliqué d’une manière ou d’une autre dans les attentats du World Trade Center à New York du 11 septembre 2001. Le président Obama réagit sur le champ et appel le congrès à ne pas aller dans cette voie qui risque de mettre l’économie américain en péril.

Le 20 Avril 2016 : Le président Obama arrive en visite surprise à Riyad pour rencontrer le conseil arabe du Golfe. A l’aéroport, personne des hautes autorités saoudiennes ne viennent recevoir au tarmac de l’aéroport le président de la première puissance mondiale. Bazard !!! Dans les réseaux sociaux arabes, non encore conscient de l’importance de l’affaire dans les coulisses, on a applaudit le roi d’Arabie d’avoir rendu l’honneur à la dignité arabe. Mais il était clair que c’est une visite plus tôt de divorce que d’amitié et de coopération comme l’avait présenté la presse américaine. Surtout que le roi Salmane à regrouper pour Obama tous les dirigeants du Golfe pour écouter de leur propre oreilles ce qu’il va lâcher la bouche du président. Un moment historique dans l’histoire du monde arabe.

Obama en visite surprise à Riyad

Le 15 juillet 2016, le Congres n’a pas tenu compte des menaces du prince saoudien et vote la levée du secret d’état sur les fameux 28 pages. L’association des victimes les a tout de suite publiés sur un site dédié à l’évènement, où on peut les télécharger au lien 28pagesdotorg.

En gros W Bush a demandé la classification secret d’état de ces 28 pages et c’est à l’époque d’Obama qu’elles seront déclassifiées.

Ces 28 pages révèlent qu’il y a une relation entre les attentats du 11 septembre et le gouvernement d’Arabie Saoudite. Ce qui a fait bouleverser l’opinion publique américain. Parmi ces révélations on trouve :

  • Le prince Bandar –ambassadeur saoudien aux états unis- a fait des paiements bancaires à un partisan avoué d'Oussama ben Laden qui se vantait d'avoir aidé les deux pirates de l’air des avions 77 à San Diego.
  • Un numéro de téléphone confidentiel étroitement lié à l’ambassadeur Bandar a été trouvé dans l'annuaire téléphonique d’un membre d'Al-Qaïda Mr Abu Zubaydah au Pakistan.
  • Abou Zubaydah a aussi un numéro de téléphone d’un garde du corps à l'ambassade d'Arabie Saoudite à Washington. Ce dernier était sous une enquête du FBI déclenché par son comportement suspect lorsqu’il a voulu approcher du personnel de la communauté de renseignement américaine.

Abou Zubaydah a été capturé par les forces pakistanaises suite à un raid contre Al Qaeda. Il été le recruteur d’Al Qaeda et un membre du premier cercle de Ben Laden.

La CNN, dans une de ses éditions a cité le refus de l’ambassade d’Arabie de répondre a cette question, elle publie le schéma des contacts présumés comme suit :

Selon le journal américain San Dego Reader dans son Edition de 27 juillet 2016 sous le titre « Qu’est ce qu’il faisait Omar Al Bayoumi à San Diego ? ». Il relate les relations entre les deux pirates (Nawaf et Khalid) qui ont fait sauter le Pentagone. « Il les a rencontrés à Los Angeles dans un restaurant. Trois jours plus tard il les invite dans son appartement. A l’époque âgé de 42 ans et encore étudiant et ne travaille pas, mais il a 4 enfants en charge.  Selon le journal personne ne l’a jamais vu dans une école, mais au contraire il est toujours dans le centre Islamique de San Diego. Il est toujours avec sa caméra dans le centre filmé les gens à tel point que certains musulmans l’ont soupçonné être un espion Saoudien. Un jour a perdu son portefeuille où sont dévoilé ses contacts avec l’ambassade et le consulat saoudien à Washington. Les 28 pages ajoutent qu’il a vécu 7 ans à San Diego avant de quitter US un mois avant les attaques ».

Dans le même journal on lit « La preuve documentaire que Bayoumi a fourni une assistance à Hazmi et Mihdhar est solide, selon le document déclassifié. Il avait «des liens beaucoup plus étendus au gouvernement saoudien que réalisé précédemment. Bayoumi a fait près de 100 appels téléphoniques aux bureaux du gouvernement saoudien aux États-Unis entre Janvier (lorsque Hazmi et Mihdhar sont arrivés à Los Angeles) et mai 2000. Plus encore, avant que les terroristes sont arrivés ici, Bayoumi recevait 465 $ en allocations mensuelles du gouvernement saoudien. En Mars 2000, un mois après Hazmi et Mihdhar ont déménagé à Clairemont, son allocation mensuelle a augmenté à 3700 $ et le resta jusqu'en Décembre 2000 où elle sera réduit à 3200 $, lorsque Al-Hazmi a quitté San Diego. Les enquêteurs fédéraux ont suspecté que l'augmentation de l'allocation gouvernementale de Bayoumi a pour but d'aider Hazmi et Mihdhar, mais ce soupçon n'a jamais été prouvée ».

Ajoutant à ça ce qui a été déjà connu via Zacarias Moussaoui, le Franco-marocain condamné dans le cadre de ces attentats et surnommé le "20e pirate de l'air", avait assuré à des avocats américains que des membres de la famille royale saoudienne avaient versé des millions de dollars à Al-Qaïda dans les années 1990.

Les médias américains ont tout de suite fait circuler cette photo du prince Bandar bin Sultan, en parlant à l'ancien président George W. Bush au Ranch de ce dernier à Crawford, au Texas, en Août 2002.

Bandar, était ambassadeur Saoudien à US pendant 1983-2005, au cours de période la Ronald Reagan, George H. W. Bush, Bill Clinton et George W. Bush. Il a servi plus tard comme secrétaire général du Conseil national de sécurité de l'Arabie Saoudite et la tête du général des renseignements de l'Arabie Saoudite, l'équivalent de la CIA, jusqu'à l'année dernière.

Bandar "est probablement l'ambassadeur le plus efficace à Washington jamais connu", a déclaré l'ancien analyste de la CIA Bruce Riedel et conseillé d’Obama.
Il ajoute : "Il a été très apprécié par tous les présidents", "Il avait un accès formidable à la Maison Blanche. Il a eu accès à la CIA, ministère de la Justice, les médias", a déclaré Riedel. «Je trouve très étonnant qu'il serait en quelque sorte être impliqué dans un complot visant à attaquer les États-Unis d'Amérique."

Tout de suite c’est la colère contre Obama. Beaucoup d’Américains, et notamment ceux qui ont perdu un proche au cours de ces de attentats, sont indignés par l’intervention de leur président. Ils pensent que ce dernier cherche à “couvrir” la responsabilité de certaines personnalités saoudiennes dans ces attentats. “Il est stupéfiant de penser que notre gouvernement soutiendrait les Saoudiens, plutôt que ses propres citoyens”, déplore Mindy Kleinberg, dont le mari a été tué au cours des attaques du 11/9 qui ont fait près de 3.000 victimes.

Le 9 septembre 2016 : le sénat américain a rejoint le congrès et a voté unanimement un projet de loi surnommée « La justice contre les sponsors d’actes terroristes », connue par « Justice Against Sponsors of Terrorism Act » (JASTA), autorisant ainsi les victimes des attentats du 11 septembre à poursuivre en justice l’Arabie saoudite.

 "Nous devrions combattre le terrorisme avec tous les outils dont nous disposons", a plaidé de son côté le sénateur républicain John Cornyn, initiateur du texte. Quant au représentant démocrate du Texas, Lloyd Doggett, a directement pointé Riyad du doigt : "Quand vous voyez un islam radical, cet extrémisme remonte jusqu'à des prédicateurs de haine qui viennent d'Arabie saoudite. Le royaume (saoudien) a du sang sur les mains. Est-ce que c'est le sang des victimes du 11-Septembre ? Probablement".

Le 12 septembre 2016, la loi a été présentée au président Barak Obama,

Le 13 septembre 2016, la ligue arabe et les monarchies du Golfe, l’Arabie saoudite en tête et le Maroc contestent la nouvelle loi JASTA. Ils publient tous des communiqués où ils rappellent l’immunité des états.

Bob Kerrey

Le 16 septembre 2016, L’ex-sénateur Bob Kerrey (D-Neb.)  a écrit un article sous le titre « il est unitile de faire le veto sur JASTA » dans le journal The Hill : « En tant que membre de la Commission 9/11 et un membre senior du Comité sénatorial sur cette affaire, je l'ai ressenti depuis longtemps. Cette vaste campagne de l'Arabie saoudite pour propager l'islam wahhabite est une dangereuse menace pour notre sécurité nationale ».

Il ajoute « notre enquête a révélé des preuves substantielles que un ou plusieurs employés saoudiens gouvernementaux situés aux États-Unis ont fourni une aide directe et du soutien aux 9/11 pirates de l'air. Les employés du gouvernement saoudien ont été associés avec le ministère des Affaires islamiques, le bras du gouvernement saoudien qui avait la responsabilité principale de la mise en œuvre des efforts mondiaux du Royaume pour propager le courant wahhabite radical de l'Islam du Royaume, et qui a été responsable de la supervision des organisations de prosélytisme wahhabites que directement parrainé al-Qaïda, comme Al Haramain. Voilà pourquoi je crois que le président Obama devrait résister à tous les efforts qui essayent de le convaincre à utiliser son droit de veto. La signature de ce projet de loi sera un acte de justice et contribuera à rendre le pays des États-Unis un endroit plus sûr pour vivre. »

Toutes fois la constitution américaine permet au président le droit de veto sur une loi votée par le congrés, mais si ce dernier re-vote la loi à plus de 70%, le président sera obligé selon la constitution d’exécuter. Ce qui sera très probablement le cas, puisque la loi a été votée déjà à 100% avant d’arriver à la maison blanche.  

Du coté des pays arabes, ce qu’ils ne comprennent pas est que les membres du Congrès suivent l’opinion publique qui vote pour eux. Les attentats terroristes ont été un choc terrible pour les américains. Il est certain que quand on leur propose de voter un texte qui permettrait aux familles de rechercher la responsabilité des Saoudiens, ils votent sans hésitation. ». Et c’est le Senat et le Congress qui décide et non pas la maison blanche seule.



Suivez-nous sur notre nouvelle page Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
Les autres articles de Mohamed El ouazguiti
Envoyer l'article à un ami
Article lu 15639 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant jaxqjsc2 ici :  
 
 

 

D'autres articles :

LE GRAND REMPLACEMENT
Auteur: id Bawziki - Date : 2021-01-20










 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.