Arabe
English
 
 
 
 Histoire ancienne
 Histoire moderne
 Histoire revisitée
 Personnalités Amazighes
 Amazighophobie

 

Anchad : cet autre grand maître de tirrouysa


Si l’on s’y intéresse, même de très loin, il est très facile de remarquer que la musique amazighe est jalonnée de talents pour le moins exceptionnels. Et c’est le moins qu’on puisse dire. Si le légendaire Lhajj Belaid -dans le cas du Souss bien naturellement- était l’un deux, l’on peut aussi dire, naturellement, la même chose de Boubaker Anchad. Sans vouloir faire dans l’hyperbole béate, l’on peut facilement dire que c’était un artiste absolument extraordinaire, admirable et définitivement phénoménal.

Mort depuis belle lurette, son répertoire que nous avons pu glaner, même si peu nous est parvenu, est d’une fraîcheur à toute épreuve. Mais c’est assez suffisant pour nous donner une vue d’ensemble sur l’envergure artistique de la personne. En fait, Anchad était et reste encore l’une des figures de proue de tirrouysa. Non seulement par la thématique de ses chansons, ses compositions originales, sa voix d’une sensibilité à fleur de peau, mais aussi par ses innovations instrumentales.

Icône



Il faut savoir qu’il a été, à titre d’exemple, le premier à introduire le violon dans l’art de tirrouysa, marquant ainsi l’ouverture de cette musique on ne peut plus traditionnelle sur des influences venues d’ailleurs. Pour peu que l’on y prête attentivement l’oreille, je peux vous affirmer que l’on peut aisément se rendre compte que le résultat est pour le moins heureux. Et ce, pour le plus grand bonheur des aficionados de tirrouysa.

Pour autant, à ma connaissance, seul un autre Boubaker, qui ne manque nullement de talent, Azâri pour être plus précis, a marché sur ses traces pour que cette expérience pour le moins originale ne fasse pas de sitôt long feu. Excepté donc la parenthèse d’Anchad et d’Azâri, le ribab, cette vielle monocorde que les Touarègues plus au sud appellent l’imzad, a vite fait de renouer avec son règne absolu et total sur tirrouysa. Et ce, jusqu’au jour d’aujourd’hui.

Quitte à ce qu’on me reproche mon tropisme « achtoukien », c’est Anchad qui a eu l’heur et même l’honneur de placer Achtouken sur le palmarès des régions du pays chleuh, productrices de la musique de tirrouysa de haut vol. En tous les cas, avec Lhoucine Janti et Sâid Achtouk, notre artiste est l’un des éléments essentiels du fameux trio de l’école d’Achtouken de tirrouysa, connu et reconnu par tous les mélomanes de cette musique, si emblématique de ce peuple chleuh qui va de Marrakech jusqu’aux confins sahariens.

Qui plus est, ce serait vraiment inique de ne pas reconnaître et même admettre que c’est Anchad qui a posé les premiers jalons pour que les deux autres deviennent ce qu’ils sont devenus : des incontournables de tirrouysa. L’on peut même dire que le plus jeune d’entre eux, à savoir Sâid Achtouk, est le digne et légitime dépositaire de l’héritage artistique et musical d’Anchad. En fait, il est l’un des rares à l’imiter jusqu’à la perfection avec, en plus, ces uniques trémolos dans la voix que seul Anchad pouvait produire.

Errance



Il est né vers la toute fin du 19e siècle, dans une famille de la faction d’Inchaden, dans le lieu-dit, Lqqsebt n Ait Lâsri, non loin de la ville actuelle de Belfaâ, à Achtouken, en plein milieu du Souss. Apprenant les rudiments de l’Islam et du Coran à la mosquée du village où son père officiait, il est vite confronté, subitement et brutalement, aux incertitudes de la vie après le décès pour le moins inattendu de celui-ci.

N’ayant plus les moyens de subsistance, il a été obligé de devenir berger. Il faut dire que c’était la seule occupation accessible à un orphelin sans ressources dans la campagne du Souss à cette époque-là. Sinon, pour tuer le temps, et pallier aux affres de la solitude- le métier de berger est solitaire et surtout très ennuyeux-, il apprenait assidûment à jouer de la flûte de sa propre fabrication. Et bien sûr, à force de la pratiquer, il a fini très vite par en connaître tous les secrets et toutes les subtilités.

Chemin faisant, lors d’une tournée dans sa région de la fameuse troupe légendaire des acrobates de Tarwa n Sidi Hmad ou Moussa (littéralement les descendants de Sidi Hmad Ou Moussa), le petit Boubaker Anchad a décidé, sur un coup de tête, de l’intégrer immédiatement et ainsi s’offrir la possibilité inespérée, pour l’orphelin qu’il était, de découvrir d’autres contrées lointaines et pourquoi pas s’offrir d’autres possibilités professionnelles.

Il faut rappeler ici que cette troupe avait une aura absolument phénoménale. Elle exerçait un attrait absolument irrésistible sur les jeunes soussis de l’époque en mal d’horizon d’avenir. C’était le cas de mon grand-père paternel qui l’avait rejoint autour de l’âge de dix ans. D’ailleurs, il l’avait même accompagnée pour aller visiter les lieux saints de l’Islam en Arabie et s’acquitter, malgré son très jeune âge, de son devoir religieux en effectuant le pèlerinage rituel. D’où justement mon nom de famille.

Cependant, ce que peu savent, c’est que l’engagement dans la troupe n’est pas de courte durée. Il peut s’étendre parfois sur des années pour ne pas dire des décennies. Pire, il y en a qui ne reviennent même plus. Parce qu’ils sont morts de maladie ou de faim ou simplement ils ont décidé de s’établir ailleurs.

Pour couronner le tout, il faut rappeler que pendant toute la vie de notre défunt artiste, les troubles politiques et sociaux étaient légion. Jugez-en : après la mort de Moulay Hassan, trois rois lui ont succédé : Moulay Abdelaziz, Moulay Hafid et Moulay Mohamed ben Youssef. Il faut leur ajouter un autre roi que les Soussis ont choisi, Hmad El-Hiba en signe de protestation contre les Alaouites qui ont paraphé le traité du protectorat français sur le pays. Avec son lot de massacres qui ont emporté la vie de plusieurs centaines de milliers d’innocentes personnes. Surtout dans les régions amazighes, qui étaient extrêmement jalouses de leurs autonomies politiques.

Vu toutes ces circonstances pour le moins difficiles et même tragiques, je vous laisse donc imaginer l’angoisse et l’inquiétude de la mère du jeune Boubaker qui devait se dire qu’elle est vraiment vouée aux gémonies par l’implacable destin. Après le mari qui décéda subitement, devait-elle se dire, c’est son fils unique qui a pris le large sans jamais donner signe de vie. Même le plus petit.

Initiation



En fait, après un passage qui n’a pas duré longtemps à Mogador, la troupe de Tarwa n Hmad Ou Moussa a fini par s’établir à la célèbre place de Marrakech, Jamaâ El-fna. Mais notre jeune Boubaker n’a pas tardé à la quitter. Et ce, pour se joindre à une troupe de rways locaux sous la direction d’un certain Hmad n Tmjjoudt qui était, semble-t-il, une célébrité à l’époque. Si original que cela puisse être, il avait un ribab pourvu de deux cordes : une pour les rythmes aclḥi –c’est pour le chant-et l’autre pour les rythmes agnaw- c’est pour la danse.

Selon donc toute vraisemblance, notre jeune Boubaker a finalement trouvé sa vocation. Il devait être rays, un vrai rays. Il fallait donc commencer par le commencement : être choriste et danseur. Ce qui dure aussi longtemps que l’apprenant possède une voix aiguë. Mais une fois adulte, il prend un instrument à corde ou il fait de la percussion. Tel est, normalement, le parcours classique de tout jeune rays. Sauf que la mère, dans le cas de notre artiste, est venue s’en mêler.

En fait, sans jamais perdre l’espoir de le retrouver un jour, comme toute mère affectueuse, elle n’avait de cesse de remuer ciel et terre pour savoir ce qu’il a advenu de son fils chéri. Jusqu’au jour où elle a été informée qu’il était bel et bien à Marrakech. Elle a alors décidé de tout faire pour le ramener, coûte que coûte, au bercail. En faisant, mlagré les risques d’une telle entreprise, le voyage en compagnie de caravaniers qui faisaient la route entre Achtouken et Marrakech pour aller le chercher elle-même, en personne. C’est vous dire.

À son retour au bercail, il a décidé d’aller travailler à Masst, à quelques encablures du domicile maternel. Et ce, pour apprendre le métier de confectionneur de nattes. Mais comme le hasard arrange bien les choses, il s’est trouvé que les gens qui devaient tout lui apprendre sur cette profession, étaient aussi de grands amateurs de musique. Ainsi, le jeune Boubaker avait tout le loisir d’apprendre tous les instruments dont le loutar, le ribab et même le violon.

Apprenant par cœur, en même temps, le répertoire poétique classique du Souss dont bien naturellement les fameux poèmes de Sidi Hmmou, il s’est essayé au chant. Avec sa belle voix suave, il a vite eu des admirateurs. Et beaucoup l’encourageaient à embrasser incessamment sous peu l’art de tirrouysa. Ce qu’il n’a pas hésité à faire. Avec beaucoup d’entrain.

À son retour à Inchaden, il a décidé par voie de conséquence de former son propre groupe musical. Les premiers éléments qui l’ont intégrée étaient : Lhoucine Oubacha, Moulay Moh Louafi d’Aglou et Boubaker Oubouslam. Vu l’immense talent du jeune Boubaker, le succès a été immédiat et même permanent. Et ce, jusqu’à son décès. En fait, tous les récits s’accordent à dire qu’il est mort alors qu’il n’avait pas cinquante ans. La raison? Certains parlent d’un empoisonnement. Mais rien ne peut le corroborer.

Toujours est-il qu’Anchad a toujours chanté la mort. Comme s’il avait eu une sorte de pressentiment qu’elle allait l’emporter alors qu’était encore en pleine forme.

Succès



Comme tant d’autres ménestrels avant lui et même après lui, Anchad a tout chanté. Même si peu de son œuvre nous est parvenus. En fait, il a peu enregistré. Sauf quelques disques que des propriétaires privés gardent précieusement et jalousement. N’eût été l’évolution technique, surtout avec l’apparition d’Internet et des MP3, il est certain que notre troubadour des temps modernes serait oublié depuis belle lurette.

C’est ainsi que j’ai pu le découvrir de vive voix. Mais pas seulement. Avant cela, les reprises de son répertoire par d’autres artistes a été aussi une occasion pour le connaître. D’ailleurs, si ma mémoire est encore bonne, la première fois que je l’ai écouté était grâce un jeune chanteur, dont je ne me rappelle pas le nom, qui a eu l’intelligence d’utiliser les instruments modernes, au milieu des années 80 du siècle passé.

Mais malheureusement j’ai perdu cette cassette même si j’ai toujours pris soin d’elle. La deuxième fois, c’était grâce à un travail fait par rays Lhoucine Amntag pendant les années 90 du même siècle. Là aussi, la cassette est perdue depuis. Il faut dire que mon «nomadisme» permanent n’aide surtout pas. Ce qui est regrettable, car ces deux artistes, malgré ce qu’on peut dire de leurs reprises, m’ont, réellement, incité à chercher à le connaître davantage. Viennent, enfin, les reprises excellentissimes de chanteurs tels Id Hmmou, Larbi Imghran et Chouhad…

Pour ce qui est de l’œuvre d’Anchad à proprement parler, même si notre jugement peut être injuste dans la mesure où l’a pas en totalité sous la main, l’on peut dire que ses sources d’inspiration sont essentiellement le patrimoine culturel soussi. Juste pour vous donner un exemple : l’histoire, entre autre, de la chanson d’amḥḍaṛ est connue depuis bien longtemps. Mais la particularité de notre artiste est d’avoir réussi, magnifiquement bien, à la mettre en musique.

Quant à la thématique de ses chansons, elle traite de tous les sujets traditionnels fort connus chez tous les rways : la mère, l’amour, la mort, la brièveté de la vie, la critique sociale, la religion… Mais ce qui détonne, véritablement, dans le cas d’Anchad, c’est qu’il ne chante pas seulement les femmes, mais il sait aussi, et de quelle manière, leur parler dans une poésie absolument touchante, émouvante et foncièrement belles.

Sinon, il serait vraiment fastidieux, et je pense que vous en conviendrez, d’évoquer, ici, toutes les caractéristiques de la poésie anchadienne. Surtout qu’il y a beaucoup à dire à ce sujet. Mais en guise de conclusion, et c’est ma conviction personnelle, même si parfois les paroles de ses chansons sont oubliées, je dirais que la principale originalité d’Anchad reste, encore et toujours, ses compositions musicales pour le moins uniques, car très recherchées et très travaillées. Il faut dire que c’est la première chose qui attire chez lui. En plus de sa voix pour le moins douce, chaleureuse et incomparable.


Auteur: Lahsen Oulhadj
Date : 2018-09-19


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Lahsen Oulhadj
Envoyer l'article à un ami
Article lu 6077 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: id Bawⵣiki Le : 2018-09-20
Titre: Excellent récit
Pays: France  


Ce récit est d'une grande qualité non seulement par son côté artistique, mais aussi par son côté historique et la franchise avec laquelle il est relaté. C'est une grande partie de l'histoire du Souss qui vient d'être racontée, beaucoup d'Amazighs du Souss qui ne sont plus très jeunes doivent s'y retrouver, en un mot c'est leur histoire.

Le plus grand dommage de tout cela c'est que souvent le côté politique est occulté, il ne pouvait en être autrement, la soumission la plus totale à l'arabe et l'islam ne doit pas faire défaut, car dès la petite enfance direction "Timzguida" il faut conditionner l'enfant avant que son cerveau ne commence à fonctionner.

Beaucoup de péripéties racontées dans ce texte témoignent d'un peuple Amazigh désorienté sinon dissolu. Il faut que cela serve de rétroviseur. Il existe beaucoup d'artistes Amazighs à travers toute TAMAZGHA qui ont énormément de talents dans tous les domaines, mais le gros problème c'est qu'il n'ont pas d'auditoire, et c'est le public qui fait l'artiste et qui le rend célèbre. Ce que les Amazighs doivent comprendre c'est que ce n'est pas les arabo-musulmans qui vont venir les applaudir et acheter leurs ouvrages, la majorité d'entre eux détestent les berbères. Le seul véritable auditoire pour les artistes Amazighs sont leurs compatriotes on le voit à Agadir lors de "Timitar" . Aïcha Maya a une voix qui dépasse celle de La Calas mais elle est loin d'avoir son auditoire et par voie de conséquence sa fortune.

Imginez Tamazgha sans les arabo-musulmans la plupart des artistes Amazighs auraient un auditoire et vivraient correctement de leurs oeuvres artistiques, alors chantez contre l'occupation idéologique arabo-musulmane pour le bien de tous les artistes et du peuple Amazigh.


 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant v0rj7ppt ici :  
 
 

 

D'autres articles :



Brahim Akhiat n’est plus
Auteur: Moha MOUKHLIS - Date : 2018-02-07

Hommage à Mohamed Mounib
Auteur: Moha Moukhlis - Date : 2017-12-13





Le Caïd Aâddi Oubihi
Auteur: HAMZAOUI Abdelmalek - Date : 2017-06-05

Michaël Peyron
Auteur: HAMZAOUI Abdelmalek - Date : 2017-05-03

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.