Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Recensement marocain 2014 : le retrait de la question ‘Tifinagh’ laisse poser des questions !!


Le recensement est une opération statistique de dénombrement de la population. Les recensements démographiques existent depuis l'Antiquité (Chine, Égypte, Rome). Ils ne sont mis en œuvre de façon systématique qu'à partir du XVIe siècle et plus encore avec l'avènement de l'État-nation dont ils servent divers objectifs : notamment la conscription militaire, la répartition de l'impôt, la connaissance du nombre et des richesses de la population.

Aujourd'hui, les recensements sont surtout des outils d'aide à la prévision économique. Outre le nombre d'habitants, ils recueillent d'autres caractéristiques comme l'âge, la profession, les conditions de logement, les déplacements domicile-travail ou domicile-études, les modes de transport et, ce qui apparaît aujourd'hui comme une évidence mais ne l'était pas guère, leur nom et prénom. D'autres données personnelles sont parfois collectées, comme la religion, la langue, ou, comme c'est le cas aux États-Unis, la « race ».

Au Maroc, les premiers recensements n’étaient que de simples dénombrements réalisés par les protectorats français et espagnols, Il s’agissait de simples opérations de comptage réalisées, à des intervalles irréguliers, dans l’ex-zone sud ou l’ex-zone nord respectivement par lesdits protectorats. La première opération de ce genre a eu lieu en 1921 et la dernière en 1951.

Après le protectorat, le premier recensement effectué par le Maroc remonte à 1960. Depuis, le Maroc a réalisé quatre autres recensements (en 1971, 1982, 1994 et 2004) à intervalle de près de dix ans.

Le recensement qui se déroule actuellement ( 2014 ) à suscité une polémique générale concernant une question posée au sujet des langues parlées et écrites, précisément concernant le perfectionnement de la personne en alphabet Amazigh Tifinagh ; Cette question piège n’a pas échappé au mouvement Amazigh qui a appelé au boycotte dudit recensement dans la mesure où le but/résultat voulu est claire : prétendre que le pourcentage de la population qui écrit en Tifinagh est faible, ce qui veux dire ( dans une mesure idéologique ), qu’il faut passer à l’écriture en graphie araméenne ( dite arabe), surtout que la conjoncture politique est favorable vu que l’actuelle majorité gouvernementale appartient au parti islamo-arabiste PJD dont le président ( chef du gouvernement ) est l’un des pires ennemis de l’Amazighité. Tan mieux, le MA a réussi à obliger le directeur du Haut commissariat au plan (HCP) à retirer la question au dernier moment ; Celui-ci, avant de faire, s’est opposé à la demande de retrait. Ce n’est pas par hasard qu’il était lui-même le responsable du précédent recensement en 2004 qui a connu la falsification des résultats concernant le pourcentage des Amazighophones au Maroc, un pourcentage qui a été diminué au dernier moment, après avoir déclaré un taux élevé ( non souhaité par le makhzen ), afin de réduire en minorité (et pourquoi pas au néant) la population qui parle Tamazight, et ce a des fins claires.

Je ne vais pas trop approfondir l’analyse sur le côté politique et idéologique qui fait bouger ce genre d’actions et de comportements même quand il s’agit de projets sérieux et sensibles quand a l’avenir d’un peuple, tél le recensement qui est sensé apporter les réponses aux problématiques diverses et donner un aperçu claire sur notre pays, sur la base duquel on va définir nos stratégies dans tous les domaines. Je m’intéresse plutôt au côté technique et scientifique du recensement actuel, voir même sa crédibilité et son efficacité scientifique infectés par les pratiques idéologiques.

Un recensement, voir un sondage, repose sur des ‘’critères’’ scientifiques ( objets d’interrogation) qui tendent vers l’analyse complète de la problématique à soulever ; Ainsi tous les critères sont interdépendants les uns des autres afin de former ce qui est appelé en matière d’analyse des données : un modèle. Le modèle n’est véritablement complet et significatif que si tous les critères sont analysés. Arrivés à réunir ces conditions seulement, l’analyse devient pertinente et décrypte au mieux la problématique à analyser. A l’absence ou la faiblesse d’un seul critère, l’analyse devient incomplète et non pertinente. D’autre part, les critères de recherche sont choisis de façon précise et bien pensée, de manière à répondre suffisamment aux attentes et aider efficacement à analyser la problématique et répondre aux perspectives.

Or, dans le cas du recensement actuel au Maroc, le cas connu concernant la question de l’alphabet Tifinagh laisse poser des questions sur ladite crédibilité du recensement tout entier ; Le fait de poser une question et en renoncer facilement, sans se soucier de l’interdépendance jadis des critères, montre clairement que la méthode d’établissement des questions n’était pas obligatoirement scientifique mais que certaines variables ‘’idéologiques’’ interviennent pour conduire le résultat final attendu vers certains objectifs, sans compter la mauvaise fois qui caractérise cet incident, ce qui n’est pas souhaitable dans un projet de telle envergure qui impactera l’avenir de toute une nation, ni dans tout projet à caractère scientifique d’ailleurs.
Tous ces faits, ajoutés au boycotte d’un nombre non négligeable de la population pour diverses raisons, sans oublier la médiocrité qui caractérise l’administration publique, réduisent le recensement en un sondage pas plus.

Un sondage se différencie d’un recensement du fait qu’il ne s’étend pas sur l’ensemble d’une population, il prend un « échantillon » composé d’un nombre assez représentant de l’ensemble, à partir de 500 personnes, qui sont interrogés avec un questionnaire préalablement établi de façon objective ; Les réponses sont ensuite analysées et les résultats étendus sur l’ensemble de la population. D’autre part, le sondage ne couvre pas un nombre élevé de problématiques à résoudre comme est le cas d’un recensement qui est sensé répondre à plusieurs objectifs a analyser.

Ainsi, les résultats du présent recensement sont préalablement perturbés, surtout au niveau des données démographiques et autres données s’y attachant, tél le nombre total de la population et le nombre des ménages qui la compose…

Un autre côté non moins important a critiquer, celui organisationnel et financier ; La première remarque à faire est celle de l’âge du haut commissaire au plan, directeur du recensement, qui dépasse les 75 ans, ce qui le met en principe à la retraite depuis pas mal d’années ; Cependant, il est toujours en fonction.

Or, malgré la présence administrative de l’Etat sur tout le territoire national, la pratique du recensement reste la même qu’à l’époque du protectorat, et suscite la couverture de tout le territoire par les agents de recensement, ce qui demande un effort important et un budget colossale, 900 Millions de DHS ( Environ 28 Dhs par citoyen ). Ainsi, 46 000 agents recenseurs seront sur le terrain, 42 000 districts à couvrir en une vingtaine de jours. Tout ce beau monde doit produire des dossiers cartographiques sur toutes les zones où aura lieu le recensement. L'encadrement, le suivi et le contrôle de l'exécution du recensement seront assurés par 18 391 contrôleurs, 1 382 superviseurs communaux, 82 superviseurs provinciaux et 46 superviseurs centraux. Les premiers résultats du recensement devraient être connus dès janvier 2015. Des statistiques précieuses qui serviront, entre autres, à mieux orienter les politiques publiques.

En France ( modèle suivi dans plusieurs stratégies de l’Etat) : Avant la collecte, la commune recrute les agents recenseurs. L’Insee (organisme responsable) les forme et constitue le répertoire d’adresses à recenser. Les agents effectuent une tournée de reconnaissance pour repérer les logements et avertir de leur passage.

Pendant la collecte, les agents se présentent chez les personnes à recenser pour distribuer des questionnaires, puis viennent les récupérer (seule chose difficile dans cette procédure au Maroc). Dans les communes concernées, ils proposent d’opter pour le recensement en ligne ; Ensuite la commune vérifie la bonne prise en compte de tous les logements recensés.
Après la collecte, le maire de la commune signe le récapitulatif de l’enquête et envoie les questionnaires à la direction régionale de l’Insee, celui-ci procède à la saisie et au traitement des données, vérifie et valide les résultats, et communique les chiffres de population aux maires et au grand public.

Une méthode simplificatrice qui économise jadis à la fois les efforts et l’argent et augmente en même temps l’efficience des résultats, tout en profitant de l’administration publique déjà en place. Celle-ci, le cas du Maroc, et au côté de l’autorité locale, connait dorénavant toutes les informations recherchées concernant tous les ménages, pourquoi ne pas en user ?

Je me permets de conclure en recommandant que l’Etat doit revoir sa politique générale en matière de grands projets nationaux ; Ceux-ci nécessitent une vigilance, une technicité et du savoir faire ajoutés bien sûr au nationalisme qui doit conduire tous les projets sensibles quant à l’avenir de tout un peuple. Ces projets doivent être loin de toute manœuvre idéologique, de tout intérêt personnel ou de parti politique ; Ainsi, les hauts responsables de ce genre de chantiers doivent être neutres par rapport aux éléments perturbateurs cités. Sinon, comme ont statués des militants sur leurs murs à Facebook : ‘‘ Pourquoi on trouve toujours à la tête de tous les projets sensibles et grandes responsabilités de l’Etat, un « fassi » ou un makhzenien panarabiste confirmé, alors que ceux chargés en principe d’exécution ne le sont pas ? ’’ ; un autre rajoute ‘‘ Comme le makhzen ( ou du moins les serviteurs fidèles du panarabisme ) insiste à falsifier les résultats du recensement à chaque fois de façon à déclarer que le nombre d’arabophones (arabes) dépasse largement celui des Amazighs au Maroc, pourquoi il ne compte que les arabophones et qu’il déclare leur nombre comme étant le nombre total de la population marocaine, et qu’il néglige l’existence même des ‘autres’ ; Comme ça, il aurait gagner du temps et de l’argent et arrivera à son objectif en raccourcissant le chemin ?!
Les incidents du recensement actuel doivent donner une leçon riche à tous les intervenants par mauvaise fois dans l’avenir du pays et dans le sort de son peuple. Le temps de l‘abus du pouvoir est révolu et il faut que la démocratie et la rationalité règnent sur les décisions de tout un pays qui veut faire sa place dans le futur des nations.

Bibliographie :
- Site du journal économique « la vie éco »
- Site du recensement (HCP ) ,www.rgph2014.hcp.ma
- wikipedia.org
- site : www.le-recensement-et-moi.fr ( France )


Auteur: Samir N’AYT OUIAZAN , Économiste Chercheur
Date : 2014-09-10


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Samir N’AYT OUIAZAN , Économiste Chercheur
Envoyer l'article à un ami
Article lu 14099 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: mohammed hifad Le : 2014-09-11
Titre: La question n'est pas retirée
Pays: Morocco  

C'est faux la question n'est pas retirée.Elle a été posée juste hier à ma belle soeur à Essaouira par un agent censeur.  
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: Id bawziki Le : 2014-09-11
Titre: Voyons loin
Pays: France  

Azul fellawn

Merci Monsieur Samir pour votre texte qui ne manque pas d interet.

Quels sont les d Amazighs qui ne ressentent pas que ce recensement les vise en premier chef quand ils ne ressentent pas qu'il est contre eux. Certains veulent boycotter alors que d'autres veulent participer En tout cas le Makhzen a marque un point en creant la division et c'est justement ce que les Amazighs de toute Tamzgha doivent eviter
Les chiffres sont tetus ils ne comptent pas les absents Par experience on sait que le boycotte est rarement suivi de facon tres significative et on se perd dans les interpretations, donc son succes est loin d etre assuree Il faut participer quel que soit les questions et le resultat au moins POINT DE DIVISION entre Imazighnes Il faut se dire c est une etape
Il est impensable de voir le Makhzen marocain au pouvoir aujourd hui annoncer aux arabes et au monde entier que le Maroc est en majorite Amazigh et que les arabophnones sont devenus minoritaires quelque soit l'issue de ce recensement
Cela finira par arriver un jour si la jeunesse est attachee a ses racines

Tanemirt
 
 
 

 
Commentaire N° : 3
Par: Amghar Le : 2014-09-12
Titre: Médiocrité d'administration
Pays: Morocco  

Vous savez, la médiocrité/analphabétisme des gens de l'administration publique marocaine; meme aprés le retrait officiel de la question, ils n'ont pas encore compris ni informés et continuent a poser la question. tan pie, les vrais Imazighen boycottent la mascarade toute entière !!!  
 
 

 
Commentaire N° : 4
Par: Amazigh avec un grand A Le : 2014-09-18
Titre: a/s recensement
Pays: Morocco  

La lutte doit être centrée pour la réécriture de l'histoire de l'Afrique du nord .C'Est comme un ruisseau qui se jette dans la mer est-ce-qu'il va changer la salinité des eaux de mer , la population autochtone est Amazigh ahabba mann ahabb aw kariha man karih ce n'est pas la horde des bani hilal et banni salem avec leurs ascendants qui vont bouleverse notre amazighite.Notre histoire est écrite ,malheureusement,par les vainqueurs et les gens qui ont le pouvoir ,ce n'est en réalité que la falsification .Ce n'est pas le fait de parler uniquement la darija qu'on est arabe ou ne pas parler tamazight qu'on n'est pas amazigh 99,99999.....des habitants du Maroc et de l'Afrique du nord sont amazigh .Et une fois de plus ce pseudo-recensement ne changerait rien au vrai nombre n'imazighn .Tanemert.  
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant wjxisvmi ici :  
 
 

 

 

Autres articles :














Equipements Laghrissi à AZROU
Auteur: Hha Oudadess - Date : 2018-08-05


 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.