Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Algérie : le Congrés Mondial Amazigh dit non à la Constitution qui consacre la ségrégation


Dans un communiqué publié le 22 janv 2016, le congrès Mondial Amazigh a dit tout simplement non au projet de constitution proposée par le cabinet du président Abdelaziz Boutelfliqa. Le CMA a critiqué tout d’abord le préambule en rapportant : « Le texte du projet constitutionnel affirme que les composantes fondamentales de l’identité de l’Algérie seraient « l’Islam, l’Arabité et l’Amazighité », citées dans cet ordre, suggérant que l’amazighité est la dernière arrivée, au mépris de la chronologie historique qui témoigne que l’Algérie et tout le nord de l’Afrique sont des territoires amazighs depuis la nuit des temps et que l’arabo-islamité n’est arrivée dans cette région qu’au 7ème siècle, » . Ci-après le communiqué dans son intégralité :


Le gouvernement algérien propose un projet de révision de la Constitution du pays qui devrait être adopté par voie référendaire au cours de l’année 2016.

Même si l’expérience nous apprend qu’en Algérie les principes du droit universel et la démocratie sont quotidiennement violés par ceux-là mêmes qui sont censés les protéger et les mettre en œuvre, le Congrès Mondial Amazigh a décidé d’apporter sa contribution au débat dans un but constructif, pour une Algérie démocratique, plurielle et respectueuse des droits et des libertés.

Dans la partie « préambule », nous constatons d’emblée l’usage immodéré d’un langage emphatique et souvent falsificateur de l’histoire du pays et de la réalité quotidienne que vivent les citoyen-nes. Nous aurions souhaité une rédaction plus sobre et respectant l’authenticité des faits.

La première phrase commence par « le peuple algérien », faisant comme s’il y avait dans ce pays une seule communauté humaine unie autour d’une histoire, d’une culture, d’une langue et d’un destin uniques. Et à la lecture du reste de la Constitution, on comprend aisément que dans l’esprit des rédacteurs de cette nouvelle Constitution, la pseudo unicité de l’Algérie, repose sur la seule identité « arabo-islamique », excluant l’amazighité. Or, malgré une politique d’éradication intense, l’amazighité reste bien vivante et portée par des millions de personnes qui revendiquent qu’elle soit traitée à égalité avec l’arabité. Par ailleurs, devant la férocité de la politique anti-amazighe (assassinat de Lounès Matoub, Printemps noir de l’année 2001, répression des At-Mzab depuis 2013, persécutions des militants amazighs, etc…), de nouveaux mouvements sont apparus dans plusieurs territoires amazighophones (Kabylie, Aurès, Mzab) pour réclamer le droit à l’autonomie ou à l’autodétermination. Comment dans ces conditions parler d’un seul peuple en Algérie ? Comment continuer d’ignorer ou de traiter par la répression les revendications démocratiques des organisations qui militent pacifiquement pour l’autonomie ou le droit à l’autodétermination des territoires amazighs ?

Le texte évoque les luttes qui ont fait de l’Algérie « une terre de liberté et de dignité ». C’est une affirmation qui porte atteinte à la crédibilité de l’ensemble du texte tant les violations des droits et des libertés sont quotidiennes dans ce pays. Du fond de leurs prisons de Taghardayt et d’El-Ménéa où ils sont détenus sans jugement, Kamel-Eddine Fekhar, défenseur des droits de l’homme et ses camarades, sont les témoins criants de l’abus de pouvoir et des violentes injustices pratiqués par le gouvernement algérien.

Faisant référence aux origines de l’Algérie, le texte rappelle « l’épopée » de l’islam, suggérant ainsi que l’arrivée de l’islam et des Arabes en Afrique du nord est une aventure humaine héroique et émancipatrice pour les Amazighs autochtones. Nous retrouvons là, la réthorique du discours du colonisateur qui se justifie en prétendant amener la civilisation dans les territoires qu’il colonise. Pour ce qui nous concerne, nous préférons respecter les faits historiques avérés qui nous enseignent que les Arabes sont arrivés dans nos pays par la force et que les Amazighs (Aksil, la reine Dihya…) leur ont opposés une résistance farouche qui se prolonge d’ailleurs jusqu’à nos jours. Cette vérité étant dite, elle ne doit pas laisser penser que les Amazighs considèrent que les non-autochtones ne sont pas chez eux en Algérie. La seule chose qu’ils réclament, c’est que ces non-autochtones ne se comportent pas comme des colons aujourd’hui.

Le texte du projet constitutionnel affirme que les composantes fondamentales de l’identité de l’Algérie seraient « l’Islam, l’Arabité et l’Amazighité », citées dans cet ordre, suggérant que l’amazighité est la dernière arrivée, au mépris de la chronologie historique qui témoigne que l’Algérie et tout le nord de l’Afrique sont des territoires amazighs depuis la nuit des temps et que l’arabo-islamité n’est arrivée dans cette région qu’au 7ème siècle, après d’autres invasions étrangères comme celle des Vandales, des Byzantins ou des Romains. L’honnêteté impose que l’Amazighité, seule composante autochtone, soit toujours mentionnée en premier, bien avant les influences venues des territoires hors de Tamazgha.

Les dirigeants algériens qui proposent ce projet de révision de la Constitution démontrent une fois de plus qu’ils sont inféodés à l’idéologie arabonationaliste lorsqu’ils affirment que « l’Algérie, terre d’Islam, partie intégrante du Grand Maghreb, pays arabe », excluant totalement la composante amazighe pourtant mentionnée plus haut dans le texte. Pour nous, l’Algérie est sans conteste, un pays amazigh, la terre de toutes les croyances et même des incroyances, partie du nord de l’Afrique, de la Méditerranée et de l’Afrique.

Les Amazighs qui ont payé un lourd tribut à la lutte contre le terrorisme islamiste et qui en sont victimes jusqu’à aujourd’hui, ne peuvent accepter cette « politique de réconciliation nationale » qui a eu pour effet de réhabiliter des criminels mais sans que ces derniers n’aient été jugés ni qu’ils aient demandé pardon. Il est primordial que le texte constitutionnel condamne sans équivoque le terrorisme islamiste et ses commanditaires ainsi que l’idéologie obscurantiste qui l’anime et rende un vibrant hommage aux femmes et aux hommes qui lui ont courageusement résisté.

Dans le domaine économique et écologique, alors que la communauté mondiale vient de s’engager dans une stratégie de limitation du réchauffement climatique, le « développement durable et de la préservation de l’environnement » nécessitent que l’Etat algérien abandonne l’extraction des gaz de schiste qui constitue une agression destructrice de la nature.

Enfin, l’Algérie doit affirmer clairement son attachement aux droits humains tels qu’ils sont universellement reconnus, qu’elle souscrit aux principes, droits et obligations énoncés dans les Chartes, Conventions, Accords, Pactes et Traités internationaux. Elle doit également déclarer qu’elle reconnait et respecte la primauté du droit international sur le droit interne et s’engage à en traduire les dispositions dans la législation du pays.

Pour la partie consacrée aux articles, voici nos commentaires et nos attentes concernant quelques articles parmi les plus importants :

- Article 1 : « L’Algérie est une République Démocratique et Populaire. Elle est une et indivisible ». Cet article doit être réécrit comme suit : « L’Algérie est une république démocratique fondée sur le pluralisme politique, économique, juridique, culturel et linguistique ».

- Article 2 : « l’islam est la religion de l’Etat ». Les croyances doivent relever de la sphère privée conformément à la culture séculière amazighe et au droit international qui prône la liberté de conscience. Cet article doit donc être supprimé et remplacé comme suit : « L'Etat est séparé de toute religion. Il respecte et garantit la liberté de religion et les croyances spirituelles ».

- Articles 3 et 3 bis : Tels qu’ils sont rédigés, ils consacrent la suprématie de la langue arabe et relèguent la langue amazighe au second plan, ce qui est violemment discriminatoire à l’encontre de Tamazight et donc inacceptable. Les deux articles doivent être fusionnés dans un article 3 unique qui doit stipuler que « Tamazight et l’Arabe sont les deux langues nationales et officielles. L’Etat oeuvre à leur promotion et à leur développement de manière égalitaire ».

- l’article 5 concernant « l’emblème national et l’hymne national » doivent être modifiés. Aza, le symbole de l’Amazighité doit être ajouté au drapeau et l’hymne national, conçu pendant la guerre, n’est plus adapté à la situation d’aujourd’hui. La référence à « l’ennemi français » doit être supprimée et remplacée par « l’amitié entre les peuples ».

- Article 17 : Conformément à la déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones adoptée par l’Algérie, l’article doit être modifié et rédigé comme suit : « L’Etat algérien reconnait et respecte les droits des communautés amazighes à leurs terres, territoires et ressources naturelles. Ces dispositions concernent aussi le droit au sous-sol, les mines et les carrières, les sources naturelles d’énergie, les richesses minérales, naturelles et vivantes des différentes zones du domaine saharien, maritime, les eaux et les forêts ».

- Article 17 bis : « Il ne peut y avoir d’activités militaires sur les terres ou territoires traditionnels des Amazighs, sauf si elles ont été librement décidées en accord avec les communautés locales concernées, ou demandées par elles ».

- Article 28: Cet article doit être complété par « l’Etat souscrit aux principes et objectifs des chartes, conventions, accords, pactes et traités internationaux. Le droit international est supérieur au droit national. En conséquence, toute la législation et la réglementation algériennes doivent être conformes au droit international ».

- Article 42: L’article doit être réécrit de la façon suivante : « Le droit de créer des partis politiques est reconnu et garanti. Ce droit ne peut toutefois être invoqué pour attenter aux libertés fondamentales, aux droits de l’homme et aux valeurs humaines universelles ainsi qu’au caractère démocratique et républicain de l’Etat ».

- Article 51: Afin d’assurer l’égalité de tous les citoyen-nes sans discrimination, la phrase qui prévoit que « la nationalité algérienne exclusive est requise pour l’accès aux hautes responsabilités de l’Etat et aux fonctions politiques », doit être supprimée.

- Article 62: Compléter cet article qui indique que l’Etat « œuvre à la promotion de l’écriture de l’histoire et de son enseignement aux jeunes générations », par la phrase suivante : « Afin d’en garantir l’authenticité, l’histoire amazighe doit être écrite par des spécialistes reconnus et sous le contrôle des organisations représentatives amazighes ».

- Article 73: L’article doit être modifié comme suit : "Pour être éligible à la Présidence de la République, le candidat doit: Jouir de la nationalité algérienne, avoir quarante (40) ans révolus au jour de l’élection, jouir de ses droits civils et politiques, produire une déclaration publique du patrimoine mobilier et immobilier, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Algérie ». Le reste est supprimé.

- Article 76: Le Président de la République prête serment en tamazight et en arabe, au nom du peuple et non « au nom d’Allah », il ne « jure pas par Allah » mais « s’engage devant le peuple à respecter et à défendre tous les droits humains et toutes les libertés, y compris la liberté de croyance et de conscience ».

- Article 77: Le point 9 qui prévoit que « le président conclut et ratifie les traités internationaux », doit être modifié comme suit : « le président signe les Chartes, Conventions, Accords, Pactes et Traités internationaux et les promulgue après leur ratification par l’Assemblée Nationale ».

- Article 98: « Le pouvoir législatif est exercé par un Parlement, composé de deux chambres, l’Assemblée Populaire Nationale et le Conseil de la Nation ». Dans la mesure où le Conseil de la Nation est un double inutile de l’assemblée nationale, cet article doit être modifié comme suit : « Le pouvoir législatif est exercé par l’assemblée nationale ». Le Conseil de la nation est donc supprimé.

- Article 99: Ajouter à cet article : « l’assemblée nationale ratifie les Chartes, Conventions, Accords, Pactes et Traités internationaux, dans les 30 jours suivant leur publication ».

- Article 102: Cet article qui indique que « l’assemblée nationale est élue pour une durée de cinq (5) ans », doit être complété comme suit : « Les membres de l’assemblée nationale sont rééligibles une fois ». Ceci, afin d’éviter que l’exercice d’un mandat politique ne devienne une profession.

- Article 132: cet article qui stipule que « les traités ratifiés par le Président de la République, dans les conditions prévues par la Constitution, sont supérieurs à la loi », doit être modifié ainsi : « Les Chartes, Conventions, Accords, Pactes et Traités internationaux ratifiés par l’Algérie sont supérieurs aux lois nationales ».

- Article 168: Celui-ci prévoit que « lorsque le Conseil Constitutionnel juge qu’un traité, accord ou convention est inconstitutionnel, sa ratification ne peut avoir lieu ». Cet article doit être re-rédigé comme suit : « Lorsque la Constitution se trouve en contradiction avec un traité, accord, pacte ou convention, la Constitution doit être révisée dans un délai maximum de 6 mois afin de la mettre en conformité avec ledit traité, accord, pacte ou convention ».

- Article 171: « Il est institué auprès du Président de la République, un Haut Conseil Islamique ». La religion étant une affaire privée, cet article n’a pas de raison d’être.

- Article 173-1: « Il est institué un Conseil National des Droits de l’Homme, placé auprès du Président de la République ». Afin de garantir son indépendance vis-à-vis de l’exécutif, le Conseil national des droits de l’homme ne doit pas être sous l’autorité du chef de l’Etat ni d’aucune instance du pouvoir. L’article doit donc indiquer que « le Conseil national des droits de l’homme est un organisme indépendant, jouissant de l’autonomie administrative et financière et dont les membres sont désignés par les organisations de la société civile ».

- Article 178: Cet article doit être modifié comme suit : « toute révision constitutionnelle ne peut porter atteinte: au caractère républicain de l’Etat, à l’ordre démocratique basé sur le multipartisme, à Tamazight comme langue nationale et officielle, aux libertés fondamentales, aux droits de l’homme et du citoyen et au fait que le Président de la République et les députés sont rééligibles une seule fois ».

C’est finalement à une autre République, à un autre projet de société plus généreux auxquels le CMA appelle, pour une Algérie qui tourne résolument le dos aux archaismes, au non droit et aux conflits et qui s’ouvre sur le progrès humain dans toutes ses dimensions.

Tizi-Wezzu, 10/01/2966 - 22/01/2016

Le Bureau du CMA.


Auteur: Amazighworld
Date : 2016-02-05


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Amazighworld
Envoyer l'article à un ami
Article lu 8564 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Commentaire N° : 1
Par: id Bawziki Le : 2016-02-05
Titre: Bien, mais pas assez
Pays: France  


Il y a beaucoup de bonnes choses, mais pour un vrai Amazigh cela ne suffit pas, il faut noter entre-autre:


1°) La langue arabe ne peut pas être mise au même niveau que Tamazight. C'est une langue étrangère au même titre que le français, l'espagnol, l'anglais, le chinois etc... Tamazight doit être considérée comme la seule et unique langue officielle, les autres langues sont laissées au choix de chacun de les apprendre ou pas.

2°) L'Islam et les lieux de culte islamiques ne doivent bénéficier d'aucune aide ou avantage quelconque. L'argent doit d'abord servir à améliorer les conditions de vie du citoyen et de ses enfants et non alimenter une idéologie du passé au moment où les savants sont à la recherche d'exoplanètes. Le respect de liberté de conscience de chacun individuellement n'est pas mis en cause.

3°) L'Algérie fait partie du monde Amazigh de Tamazgha et ne peut en aucun cas en être dissociée, par conséquent le panarabisme ne la concerne pas. Le drapeau actuel étant déjà trop chargé, devra coexister avec le drapeau Amazigh aux 3 couleurs + Yaz, ou être remplacé par lui. Quand à l'hymne une musique sans paroles peut faire l'affaire provisoirement, en attendant l'unification de "akal" de Tamazgha.

4°) Les arabo-musulmans (ou ceux qui le sont devenus) doivent faire monde honorable en reconnaissant qu'ils vivent sur une terre Amazigh, et non en terrain conquis, faire preuve de respect et gratitude à la bienveillance de leurs hôtes Amazighs .


 
 
 

 
Commentaire N° : 2
Par: Assalu Le : 2016-02-06
Titre: ayyuz!
Pays: France  

Bravo d'appeler un chat, un chat! Les Amazighs ne sont pas des Arabes et sont de culture laique. Ils peuvent être musulmans, juifs, chrétiens, sans religion ou croire en ce qu'ils veulent. On en a marre des Arabosilamistes qui nous polluent la vie, qui nous colonisent, qui nous ramènent sans cesse en arrière. Imazighen d'aujourd'hui n'ont pas d'autre choix que de se battre contre ces Banu-Hilal qui ont envahi notre pays comme des sauterelles...  
 
 

 
Commentaire N° : 3
Par: amazigh Le : 2016-02-26
Titre: jusqu'à quand
Pays: Algeria  

Pourquoi les arabes au pouvoir en Algérie, au Maroc, Tunisie et Libye ne veule pas l'union magrébin? parce qu'ils ont peur que les amazighs deviennent encore plus fort en rassemblant les amazighs de ces pays, ils ont peur que leur création d'un Maghreb arabe va disparaitre.
Je demande à toute la population Amazigh dans ces pays de rester uni et lever le niveau de la revendication d'ouvrir les frontières et mettre pression sur ces pouvoirs arabes de reconnaitre que le maghreb est amazigh et non pas arabe ou partir de cette terre arabe.
 
 
 

 
Commentaire N° : 4
Par: Madjid Ait Mohamed Le : 2016-03-07
Titre: Reconnaissance Nationale et Officialisation Mensongère
Pays: Algeria  

La marmelade constitutionnelle de 2016 ne diffère pas des deux précédentes ( 3 en 17 ans de règne ?), sauf que dans l'actuelle il y a un rajout qui fait croire à une réelle officialisation que ne peut croire que ceux qui le veulent,les autistes, les plumitifs, les adeptes de la politique politicienne et les populistes car tout comme l’ambigüe article 51 qui exclu certains nationaux et contredit l'art 29 confirmé par l'art 31 relatifs à l'égalité citoyenne, l'illisible le l'obscure art 3bis est annulé de fait par le préambule qui fait de l'Algérie un pays arabe, africain et méditerranéen, l'article 178 qui exclu tamazight des 8 procédures à qui nul atteinte ne leur sera porté lors des prochaines révisions constitutionnelles et surtout de l'art 3 qui rappelle et précise que l’Arabe Demeure Langue Officielle de l’État; ce qui veut dire que Tamazight et nationale et officielle à terme et sous certaines conditions. Par ces formulations Tamazught est exclue et elle n'a qu'un statut précaire, au besoin et sournoisement précisé par le terme Egalement dit "dans certains" lieu  
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant uw38nb4m ici :  
 
 

 
Congres Mondial Amazigh : La police algérienne continue de s’acharner sur la Présidente du congrés
 Depuis qu’elle a été élue à la tête du Congrès Mondial Amazigh (CMA) en juillet 2015, Kamira Nait Sid est devenue une cible privilégiée pour la police algérienne. Le 10 août dernier, elle a été convoquée au Commissariat central de Tizi-Wezzu où elle a subi un interrogatoire de deux heures durant lequel elle a été questionnée sur ses activités en tant que présidente du CMA. La police algérienne lui reproche explicitement le fait de dénoncer les violations des droits humains en Algérie et particulièrement en Kabylie. Depuis, elle a reçu deux autres convocations auxquelles elle a obligation de répondre. ... Lire la suite - - Auteur: CMA - Date : 2016-08-23

 

 
Attentat islamiste à Saint-Etienne-du-Rouvray (France): le CMA condamne avec force l’abominable crime
Les attentats de Nice, les islamistes jouissent encore de trop de tolérance, de compréhension, de liberté et de soutiens. Sur le plan international, des Etats qui soutiennent ouvertement l’islamisme international et qui n’ont aucune considération pour les droits humains, jouissent non seulement d’une totale impunité mais aussi d’un grand respect. Il est grand temps de mettre un terme à cette hypocrisie.... Lire la suite - - Auteur: CMA - Date : 2016-08-01

 

 
Le Congrès Mondial Amazigh condamne avec force l’attentat de Nice et exprime sa solidarité avec les victimes et leurs familles
Une nouvelle fois la France est aveuglément frappée par le terrorisme islamiste, tuant 84 personnes. Cette fois-ci c’est à Nice, le 14 juillet 2016, jour de fête nationale. ... Lire la suite - - Auteur: CMA - Date : 2016-07-20

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.