Arabe
English
 
 
Les états nations de Tamazgha
 Algérie
Egypte
 Iles Canaries
 Libye
 Mali
 Maroc
 Mauritanie
 Niger
 Tunisie
 
 CMA
 Pétitions
 

 

Tunisie : le CMA demande au gouvernement de retirer les nouveaux billets de banque faisant réference aux Berbères et non aux Amazighs


M. Marouane El Abassi
Gouverneur et Président du Conseil d’Administration de la Banque centrale de Tunisie
25, rue Hédi Nouira - 1080 Tunis, Tunisie

Objet : demande de retrait du nouveau billet de banque

M. Le Gouverneur et Président du Conseil d’administration de la BCT,

Récemment, votre institution a mis en circulation un nouveau billet de banque de dix Dinars tunisiens, mettant à l’honneur une femme médecin sur une face du billet et sur l’autre face, les « poteries et bijoux berbères ».

Comme vous ne pouvez pas l’ignorer, le terme « berbère » vient du latin « barbarus », appliqué par les Romains à tous ceux qui ne parlaient pas leur langue. Ils l’ont donc appliqué aux Amazighs, les autochtones de l’Afrique du nord, lorsqu’ils ont envahi cette région au IIème siècle avant l’ère chrétienne.


Des siècles après, de manière tout à fait inappropriée, la Tunisie est le seul Etat qui persiste dans l’utilisation du terme berbère au lieu et place du nom authentique « Amazigh ». Pire que cela, sur votre billet de banque, l’adjectif « berbères » est traduit en arabe par « barbaria », c’est-à-dire « barbares » ? Est-ce une manière tunisienne d’offenser et de stigmatiser les Amazighs ? Pourquoi donc ce mépris et cette haine institutionnelle envers une partie fondatrice de la Tunisie ?

Il nous parait bien utile de vous rappeler, M. le gouverneur, que les barbares, ce ne sont pas les paisibles Amazighs connus pour leur sens de l’hospitalité mais bien les étrangers envahisseurs de leurs territoires, des Romains jusqu’aux Français, en passant par les Arabes, les Othomans et bien d’autres. L’ironie de l’histoire c’est que ce sont les agresseurs et colonisateurs de l’Afrique du nord qui traitent les autochtones Amazighs de barbares.

Par ailleurs, avez-vous M. le gouverneur, pensé à consulter les experts et les représentants de la société civile amazighe sur ce sujet ? Savez-vous qu’il existe en droit international adopté par la Tunisie, le principe du « consentement préalable, libre et éclairé » pour toute décision concernant les peuples autochtones ? De ce fait, vous auriez-dû non seulement consulter mais également obtenir le consentement des Amazighs avant de décider de présenter ainsi ce patrimoine amazigh inscrit en 2018 par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Nous avions d’ailleurs attiré l’attention de votre gouvernement sur ce principe à ce moment-là, mais visiblement sans effet.

En conséquence, nous vous demandons instamment M. le gouverneur de corriger votre faute en retirant de la circulation tous ces nouveaux billets de banque et de les rééditer avec l’inscription suivante : « Poteries et bijoux Amazighs » et sa traduction en arabe.

Nous vous informons que si besoin, nous sommes à votre disposition pour vous prêter à titre gracieux notre expertise et mobiliser les compétences utiles pour toute question relative à l’amazighité dans votre pays.

En attendant la prise en considération et la mise en œuvre de notre requête, nous vous prions d’agréer, M. le gouverneur et président du Conseil d’Administration de la Banque Centrale de Tunisie, l’expression de nos meilleurs sentiments.

Paris, 10/09/2970 – 22/09/2020

Les co-présidents
Kamira Nait Sid – Khalid Zerrari


Copie :
- M. Hichem Mechichi, Chef du gouvernement
- M. Ali Kooli, Ministre de l’Economie et des Finances


Auteur: CMA
Date : 2020-09-25


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de CMA
Envoyer l'article à un ami
Article lu 15737 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: id Bawziki Le : 2020-09-27
Titre: La classe politique tunisienne est l'ennemi N°1 du monde Amazigh.
Pays: France  


Tout le monde a le droit d'utiliser le mot "berbère" sauf les arabo-arabisants-arabisés. De tout temps le tunisien n'a qu'un ennemi à combattre c'est l'AMAZIGH, même le colonialiste français bénéficie d'une certaine mansuétude malgré ses bombardements du peuple tunisien.

Depuis le début en 670, Oqba ibn Nafiâ, une fois arrivé à Kairouan envoie une message à Mouâouya pour lui dire " Asslamna AL BARBAR أسلمنــا البربر " ce qualificatif était plein de mépris, d'arrogance et de déconsidération. Comment voulez vous qu'à partir de là un Amazigh voudrait que l'on le traite de " بربر " ?, il lui fallait non seulement être musulman mais en plus de cela baragouiner de l'arabe, c'est tout simplement se renier pour échapper à ce qualificatif qui sonne comme une gifle. Certains autochtones, attachés à leur identité sont allés par groupes et familles se cacher dans des endroits éloignés et inaccessibles , comme c'est le cas dans toute l'Afrique du Nord.

Bourguiba lui, en a rajouté une couche en appelant haut et fort à " chassez le démon berbère", après cela plus personne n'ose parler Tamazight dans la rue au risque de se retrouver en prison, idem avec Ben Ali.

Le printemps arabe de 2011 et la fuite de Ben Ali, voit les Amazighs jouir d'une certaine liberté et Tamezret peut enfin fêter Yennayer au grand jour. Mais voilà l'élection du nouveau Président Moncif El Marzouki , voit le diable anti-amazigh revenir au galop; en recevant Mohammed 6 à Tunis ce Président lui reproche d'avoir commis une faute politique en reconnaissant les Amazighs. En effet la Tunisie ne veut toujours pas reconnaitre aux Amazighs le droit d'exister en tant que peuple autochtone.

La majorité des tunisiens continuent à renier leur identité d'origine, pourtant grâce à la biologie moderne leur sang est à plus de 60% Amazigh. Qu'ils se penchent un peu plus sur les vérités historiques, le premier foyer berbère connu se trouvait à Gafsa, La plupart des grandes figures historiques Amazighs ont vécu dans la partie Nord-Est de l'Afrique du Nord. Les Phéniciens n'ont pas amené Carthage sur un bateau, sans les numides Carthage n'existerait pas . Hannibal n'est pas parti du Liban pour faire ses guerres puniques, sans les numides il n'aurait jamais été jusqu'en Italie et c'est grâce aux cavaliers numides qu'il a emporté des victoires.

A Djerba on se sert du mot "berbère" auprès des touristes comme s'il s'agissait d'une marque commerciale qui fait vendre, de la poterie, des bijoux, des spectacles etc... aucun témoignages d'adhésion à la culture aussi bien des guides que des réceptifs, car ils ne prononcent jamais le mot "amazigh", mais plus couramment البربر

Pour finir on peut constater que la classe politique tunisienne et ses sous-fifres se posent en ennemi inconditionnel du peuple Amazigh, il faut dire que cela vient de très loin, c'est ni plus ni moins la mentalité originale des arabo-musulmans: de l'aveuglement de l'hypocrisie du mensonge, de la haine etc... alors qu'ils vivent confortablement pour la plus part d'entre eux sur la terre Amazighe.

CHASSONS LE DIABLE ARABO-MUSULMAN.


 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant w6vcfn9c ici :  
 
 

 

 

Autres articles :
















 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.