Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Le Congrès mondial amazigh victime des siens

Je ne sais pas si vous avez déjà remarqué une chose : les Amazighs ont une capacité extraordinaire à se donner débilement en spectacle, à s’autoflageller et même à s’autodétruire. L’on dirait qu’ils détestent de voir leurs organisations fonctionner normalement et même bien. Pour preuve, tout le tohu-bohu inadmissible, insignifiant et presque absurde fait autour de la tenue du 5e Congrès mondial amazigh.

Rappel des faits : les assises du Congrès devaient se tenir normalement en Kabylie, mais le régime raciste algérien a refusé. Il faut savoir qu’il n’a même pas daigné, ce qu’en dit long sur ses sentiments envers les Amazighs, répondre à la demande d’autorisation formulée par les responsables du CMA. Sans forcément se bercer d’illusions, ceux-ci sont allées jusqu’à lui intenter un procès, mais en vain. De guerre lasse, ils ont décidé d’organiser leur Congrès à Meknès, au Moyen-Atlas.

Mais certains grands militants et non des moindres ne veulent rien savoir. Pour eux, il faut absolument les organiser coûte que coûte à Tizi Ouzou ou Begayt. En d’autres termes, il faut entrer dans une confrontation directe avec le régime sanguinaire des généraux. Avec tous les risques que cela implique. Ce qui n’est vraiment pas une attitude responsable. Et c’est le moins que l’on puisse dire.

Par ailleurs, ce qui est vraiment comique, c’est l’entrée en scène d’une certaine presse algérienne qui n’a jamais accordé la moindre importance aux Amazighs et encore moins à leur combat. Et ce, pour jouer sa propre partition. À savoir, le disque rayé du nationalisme arabo-baâthiste sur fond d’animosité historique entre les deux régimes amazighophobes d’Alger et de Rabat. Elle est même allée jusqu’à faire du président actuel du CMA, un Kabyle pur sucre, un vendu au Makhzen. Ce qui a fait rire plus d’un.

Disons les choses sincèrement. La Kabylie a et aura toujours une grande place dans nos cœurs. Mais sa situation sécuritaire actuelle ne lui permet aucunement d’accueillir les travaux du Congrès mondial amazigh. Surtout avec la présence attendue de plus 500 personnalités amazighes et étrangères. Imaginez un fou terroriste -Dieu nous en préserve!-, qu’il soit manipulé par le régime algérien ou non, qui se fait exploser au milieu des congressistes. C’est un risque que les Amazighs, même dotés de peu de bon sens, ne doivent en aucun prendre.

Ainsi, à titre personnel, le choix de Meknès apparaît tout à fait justifié et tout à fait raisonnable. Il faut impérativement arrêter cette polémique pour le moins pathétique faite autour du lieu du Congrès. Parce que, en continuant à se chamailler indéfiniment, le CMA perd beaucoup en crédibilité. Et sur la scène internationale, la crédibilité est un argument de taille, si ce n'est déterminant. Surtout lorsqu’on a une cause noble à défendre. Quant à la Kabylie, dès que sa situation s’améliorera, on y ira tous. Parce que la Kabylie, c’est la Kabylie, comme dirait l’autre.

Par Lahsen Oulhadj


Auteur: Lahsen Oulhadj
Date : 2008-10-03


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Lahsen Oulhadj
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10787 fois

 

 

Les commentaires

Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 8a5lywsk ici :  
 
 

 
Hommage aux victimes du 9 et 11 septembre 2001 : le Commandant Massoud et les 5000 victimes de World Trade Center
Il y a seize maintenant, les organisations de l’Islam politique ont orchestré deux attentats politiques meurtriers historiques espacés d’une seule journée : un à Afghanistan et l’autre à New York. Afghanistan, le dimanche 9 septembre 2001 : deux terroristes tunisiens du parti Ennahada ont assassiné le héros national Afghan le commandant Ahmad Shah Massoud. Ils sont Dahmane Abd el-Sattar (mari de l'islamiste Malika El Aroud d'origine marocaine) et Rachid Bouraoui el-Ouaer, deux hommes vivant à Bruxelles, en Belgique. Ils ont pu approcher Massoud grâce à une lettre de recommandation du Centre d'observation islamique ... Lire la suite - - Auteur: Mohamed EL OUAZGUITI - Date : 2017-09-11

 

 
Ce que je crois
Une « civilisation » en déroute, repliée autour de ses minarets et scandant des slogans rhétoriques dont les dérives se traduisent par l’appel au meurtre et au terrorisme. C’est l’expression qui me semble adéquate pour qualifier la majorité des sociétés arabo-musulmanes aujourd’hui et qui sont en proie à des soubresauts inédits qui secouent leurs fondements. Elles refusent de regarder la réalité en face et se réfugient dans un discours accusateur creux qui tourne en rond.... Lire la suite - - Auteur: Moha MOUKHLIS - Date : 2017-08-10

 

 
Emmanuel Macron : QUE SUIS-JE ET QUE PUIS-JE ?
Emmanuel Macron, jeune chef d’état « Jupitérien » a chamboulé les normes et les procédures d’antan, propres à l’élection du président de la république française ! du moins le pense-t-on ! Tout doit être rénové comme tout doit être neuf !... Lire la suite - - Auteur: Ahmed Assermouh - Date : 2017-08-08

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.