Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Interview de Chabane Mourad, membre du conseil national du MAK

Propos recueillis par Hafit Zaouche


Azul, Qui est Chabane Mourad ?

Azul agma, avant tout Tanemmirt Tamoqrant , Mourad est un kabyle fier de sa kabylité. Comme la plupart des dignes fils de notre grand peuple kabyle, je me suis engagé très tôt dans la lutte pour le recouvrement de notre droit identitaire sur la terre de nos ancêtres ! J’ai intégré ainsi les deux associations les plus actives dans le domaine culturel dans la région d’Aokas, à savoir Azday Adelsan N Aweqqas et Rahmani Slimane. Le boycott scolaire constituait pour nous, les militants du MCB, une aubaine pour faire face à l’école de la haine, de l’acculturation que prône jusqu'à aujourd’hui les tenants du pouvoir. J’ai enseigné durant cette période Tamazight dans les différentes localités d’Aokas. J’ai continué mon militantisme au sein des deux associations jusqu'à la date fatidique du 25 juin 1998 qui a vu l’assassinat du chantre de la kabylité Matoub Lounés, on s’est empressé, moi et un groupe d’amis militants à créer la section de la fondation Matoub Lounés à Aokas et ça dans le but de continuer le combat du rebelle. J’ai joué un rôle important au sein du mouvement citoyen lors des événements du printemps noir. La dernière expérience m’a donné l’ultime conviction que la kabylie doit sa survie qu’a son autonomie. La naissance du Mak fut une lueur d’espoir pour nous les militants dégoûtés par les utopiques aspirations algériennes, j’ai rejoint donc le MAK dés sa naissance et actuellement je suis membre du conseil national de ce mouvement

Quelles leçons tirez-vous des événements du printemps noir 2001 ?

Depuis les événements du printemps de 2001, il s’est passé énormément de choses sur lesquelles le kabyle doit méditer sérieusement. Il y’a eu 128 jeun es kabyles assassinés par balle et la liste ne cesse de se prolonger. La marche du 14 juin 2001à Alger qui avait drainé plus de deux millions de marcheurs, tous venus de Kabylie ou du moins des kabyles des autres régions d’Algérie. Ce qui était édifiant lors de cette marche historique était le fait qu’aucun arabophone n’avait pris part à ce rendez vous. Le 10 octobre 2002 la participation du F.F.S aux élections locales, les pourparlers engagés par la frange dialoguiste du mouvement citoyen avec le régime d’Alger voués à l’échec. Ensuite, la participation du R.C.D aux élections présidentielles du 08 Avril 2004. À titre d’information, les deux formations politiques kabyles, le R.C.D et le F.F.S n’avaient pas pris part au législatives du 31 Mai 2001. Pourquoi ce retournement de situation ? Les kabyles n’arrivent toujours pas à comprendre, qu’attendent ces deux partis du régime d’Alger et pourquoi ils ont accepté de rentrer dans différentes mascarades électorales ?
Pendant q ue la Kabylie panse encore ses blessures, le pouvoir de Bouteflika
persiste dans son antikabylisme primaire. Il s’acharne à la stigmatiser davantage en utilisant des méthodes ignobles comme, encourager l’insécurité (kidnappings, attentas terroristes) , le chantage économique et la politique de la terre brûlée (incendies ), prosélytisme religieux et l’encerclement militaire de la région

Qu’en est-il de notre réponse , nous les kabyles, à cette situation suffocante que vit notre région ?

Pour répondre au plan machiavélique du régime arabo-baathiste d’Alger, les kabyles ont compris qu’ils doivent leurs survis qu’a eux mêmes. En effet, depuis le 5 juin 2001, la Kabylie s’est doté d’un mouvement politique dans le but de prendre en charge ses différentes spécificités et ça d’une manière pacifique.
La naissance du MAK n’est qu’une suite logique et naturelle des décennies de
luttes partisanes kabyles. Il est la synthèse d’une relecture profo nde et approfondie de l’histoire. À travers le MAK la Kabylie veut prendre son destin en main.

Pouvez nous retracer en quelques lignes l’historique du MAK ?

Les années (2001-2007) qui ont précédé le congrès constructif du MAK du 14 Août 2007 à Ighil Ali, ont été celles d’un travail de proximité intense afin de sensibiliser les kabyles sur la nécessité de leur autonomie (Timanit). Le congrès d’Ighil Ali a permis aux Kabyles de faire enfin le deuil et de réorienter leur vision politique avec plus d’objectivité. La marche historique du 20 avril 2009 à Tizi Ouzou brisa définitivement la glace autour du MAK

… et pour le bilan ?

Pour ce qui est du bilan, en dépit des attaques systématiques menées contre le mouvement et son président mas Ferhat M’henni et la répression par les services de police de nos militants, le MAK enregistre d’année en année de grandioses réalisations et consolide ainsi sa présence à l’échelles nationale et internationale. L’invitation et la prise de Parole de Ferhat Mehenni lors du congrès mondial des peuples autochtones organisé le 26 mai 2009 au siège de l’ONU à New York a fait trembler le régime d’Alger. Les différentes attaques de « la presse » pour ne pas dire des chiffons arabophones contre notre mouvement sont une preuve tangible qu’on est sur la bonne voie. Il faut être aveugle ou hypocrite pour ne pas voir le nombre important de coordinations de communes et de comités de villages à travers les quatre coins de la Kabylie qui naissent chaque jour. Pour les internautes, ce n’est pas difficile de déceler que sont les militants du MAK qui sont les plus actif au point que le premier ministre actuel a dit que « le MAK n’est présent que sur Internet »

Qu’avez-vous comme moyens pour faire aboutir vos, pardon, nos aspirations ?

Chaque autonomie régionale dans le monde est le fruit de l’histoire et des luttes
De son peuple. Le M.A .K est le seul cadre rassembleur, le réel représentant
Revendiquant haut et fort les désirs profonds du peuple kabyle. Pour répondre à votre question, nos moyens sont, La force de conviction de nos militants, les textes fondamentaux du mouvement, la charte des nations unies, la déclaration universels des droits des peuples, la déclaration fribourg et la charte des peuples adoptées à Alger en 1976. Avec notre mobilisation, avec tout ce que le droit international nous accorde nous allons concrétiser nôtre autonomie dans un avenir très proche


revenant à la question lancinante qui fait peur à tant de kabyles, La Kabylie, peut-elle vraiment se prendre en charge seule?

Ceux qui sèment le doute à propos de la capacité budgétaire de la Kabylie autonome, qu’ils sachent bien que nous disposant de plus de 200 kilomètres de
cotes qui seront aménagées et elles généreront une économie touristique
considérable. Avec l’apport de l’agriculture e t l’élevage rural nous mettrons sur pied une véritable industrie qui nous permettra d’avoir une indépendance alimentaire. Pour rappel, la fiscalité de la Kabylie aujourd’hui alimente les caisses des autres régions de l’Algérie et nous ne recevons en retour même pas 30% de somme dans la budgétisation de nos communes. Qu’ils sachent aussi que les recettes du pétrole et du gaz, leurs répartitions se feront au prorata du nombre d’habitants. Nous disposons et cela n’est étranger pour personne d’un capital humain considérable et de compétences dans tous les domaines.

Un mot pour conclure Mas Mourad ?

Aujourd’hui la Kabylie devient exsangue aux masses livrées à la paupérisation, une Kabylie livrée aux terroristes, une Kabylie transformée en terre aride, une Kabylie du chômage et de la misère à laquelle on a imposé les vices. Sauf à perdre sa raison que peut-on aujourd’hui attendre d’un pouvoir qui n’a pas fait comparaître le moindre caporal devan t les tribunaux après la boucherie du printemps noir de 2001. En fait seule une solution est envisageable, prendre en main notre destin pour faire valoir nos droits.

Organisons-nous pour sauver la dignité et l’honneur de nos aînés. Travaillons dans ce cadre pacifique conformément à la disposition onusienne en matière des droits de l’homme, pour que le sacrifice de Mohamed HAROUNE, Kamel AMZAL, MATOUB lounés, GUERMAH Massinissa et tous ceux qui sont morts pour que nous vivions debout, ne soit pas vain.
A cet égard, le MAK est mieux placé pour porté haut et fort nos aspirations.
Unissons-nous autour de ce mouvement pour que nous enfants soient enfin libre
et fiers d’être kabyle.
Vive la Kabylie libre et autonome.

Chabane Mourad

 

Les différents murs d’Aokas témoignent que cette région rebelle est acquise à la cause du MAK


Auteur: Chabane Mourad
Date : 2009-12-06


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Chabane Mourad
Envoyer l'article à un ami
Article lu 13890 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: AMAZIGH SAID AHMED Le : 2009-12-30
Titre: AUTONOMIE DE LA KABYLIE
Pays: Algeria  

L\'AUTONOMIE DE LA KABYLIE EST UN PAT VERS SA AUTODETEMINATION NOUS ASPIRONS AVOIR UN PROPE PAYS INDEPENDANT DU L\'ALGERIE EN2020  
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 807jpfvx ici :  
 
 

 

D'autres articles :

















 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.