Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

L'autre Intifada

jeudi 12 juin 2003 La minorite Berbere resiste a l'assimilation dans la culture arabe. Apres une revolte de deux ans contre la loi militaire, peuvent-ils redefinir la gouvernance dans le Moyen-orient ? "Nous sommes arabes, nous sommes arabes, nous sommes arabes !" a proclame Ahmed Ben Bella, le tout prochainement a etre le premier president de l'Algerie independante, juste apres etre libere de la prison coloniale francaise en 1962. Il a ete dit qu'un collegue a lui aurait marmote que, si Ben Bella aurait repete ces mots assez de fois " ils se seraient realise". Il y'avait, en effet, une inquietude qui se cachait sous le commentaire de Ben Bella. Parceque, il savait aussi bien que n'importe quel autre, que le quart de ses compatriotes musulmans n'etaient pas arabes mais Berberes. Pendant plusieurs decennies, le gouvernement algerien a traite avec les Berberes, les descendants des habitants originaux de l'Algerie, de la maniere avec laquelle la plupart des gouvernements post-colonialistes au Moyen-Orient et en Afrique du nord ont traite avec les minorites ethniques et religieuses - en essayant de les "acheter" , et quand ca n'aurait pas marche, par la brusque force de la repression, dans l'espoir que, apres un temps ils se seraient assimile a la majorite. Pour etre juste, Les Algeriens au pouvoir n'ont jamais ete aussi brutes envers les Berberes comme ont ete les Irakiens et les Turcs envers les Kurdes, peut-etre parceque plusieurs politiciens de l'Algerie sont eux-meme des Berberes assimiles. Mais aujourd'hui, il est clair que ces politiciens ont justement reussi a encourager cette resistance meme qu'ils essayaient de calmer. Dans la region montagnarde de la Grande Kabylie, le berceau de l'Algerie Berbere, une revolte a grande echelle se deroule depuis deja 2 ans contre le regime algerien et son ideologie nationaliste arabe : Le represse est revenu, avec une vengeance. Depuis la fin du 19 em siecle, les Kabyles ont ete reconnus pour leur vaillance militaire. Mais en depit de la disproportion dans les sacrifices des combattants Berberes pendant la revolution contre les francais, le FLN - le meneur de la lutte nationale contre l'autorite francaise - a defini l'Algerie comme etant un Etat homogene et arabo-musulman juste apres avoir gagne l'independance en 1962. Il a rendu l'Arabe obligatoire dans l'education, malgres que cette langue ne soit parlee que par peu d'Algeriens, la plupart desquels utilisent des dialects Nord Africains. Le FLN a aussi brise les meetings culturels Berberes, et a sourcille sur l'utilisation de la langue Berbere, Tamazight, qu'il a considere comme une menace contre l'unite nationale. Au debut de Decembre dernier, J'ai voyage Est a partir d'Alger vers Tizi Ouzou, la plus grande ville de la Kabylie, et le centre de la revolte. Un voyage de deux heures, mais un monde a part de celui de la capitale. Tizi-Ouzou est une ville sale et maussade. Les routes sont a peine goudronnees, les mauvaises herbes poussent partout dans les lots inoccupes, l' Etat apparement est en vacances. Tous les ecritaux et les enseignes sont en Francais et en Tamazight ; Tout ce qu'il y'avait d'ecrit en Arabe a ete efface par les emeutiers. Lugubres, les batiments style-Soviet sont griffonnes de graffitis criants " Aarchs" (Litteralement "tribus' en Tamazight) des comites de villages qui qui ont subi une reanimation pendants ces quelques dernieres annees. ( Belaid Abrika, le charismatic meneur du mouvement du comite, est un hirsute jeune homme qui ne serait pas mal en place dans un concert de Phish.) Il y'a deux ans, ce printemps, Tizi-Ouzou s'est reveille en colere apres qu'un jeune homme de 18 ans mourut pendant une detention par les gendarmes. En quelques jours, la mort de Guermah a allume des protestations a travers la Kabylie. Des jeunes enrages ont envahi les rues pour denoncer la " Hogra" - argot algerien pour "humiliation" par l'Etat - et ils ont appele pour la chasse des gendarmes, la presence desquels, ici, est profondement ressentee, pour la plus forte raison d'ailleurs, que, parceque tres peu d'entre eux sont natifs de la region. Mais les cris bientot, ont pris une large tournure, quoi que un peu confus, d'exigence allant de la democracy ( desir ardent exprime par beaucoup d'algeriens). a l'autonomie regionale de la Kabylie, une proposition distinctivement controversiale. bien que, il a commence assez paisiblement, "Le Printemps Berbere" s'est degenere en emeutes et desordre. Les gendarmes ont repliques avec des balles reelles, tuant pres de 100 Kabyles en une periode de 60 jours. Le 14 Juin, 2001, pendant la plus grande manifestation que le pays n'ait jamais vue, des centaines de milliers de Kabyles, beaucoup desquels venus de Tizi-Ouzou, ont rempli les places principales d'Alger. Des bagarres armees ont eclate et 4 manifestants ont ete tues. Depuis, toutes les manifestations a Alger ont ete interdites, mais la Kabylie continue a bruler. Les villes comme Tizi-Ouzou et Bejaia sont maintenant la scene d'une intifada eparpillee. Non seulement contre la pauvrete et la "hogra" mais encore contre le nationalisme arabe, l'ideologie officielle de l'Etat. Pour le president bouteflika, qui est essaye de convaincre l'Occident que l'Algerie est enfin dans la paix apres la rude, guerre civile de 10 ans entre les forces de securite et les rebelles islamistes, la revolte serait difficilement venu dans un moment pire. Depuis son election en 1999, bouteflika a preside sur un projet de " reconciliation nationale" dans lequel des milliers d'islamists auraient beneficie d'une amnestie en echange pour leur deposition d'armes. Depuis la treve, le terrorisme a considerablement diminue. Mais , juste comme bouteflika se felicitait d'avoir retabli la paix, la Kabylie a explose. Ethniquement, les kabyles qui representent a peu pres 10% de la population nationale, ne sont pas aussi differents des autres algeriens, la plupart desquels sont des berberes auxquels ancetres ont ete "arabises" il y'a de cela plus de 1000 ans. Mais les populations de la Kabylie se sont obstinement accroche a leur langue et coutumes ; ils sont specialement connu pour leur poesie, bijouterie, et musique. La distinction du Kabyle est aussi remarquable dans des affaires de familles et de religion- le champs de bataille de l'identite algerienne depuis l'independance. Bien que les Berberes soient des musulmans et generalement pieux dans leur pratique, leur pratique doit plus au Souffisme qu'a l'orthodoxie, et le fondamentalisme n'a jamais reussi a prendre racine en Kabylie. Les femmes en Kabylie, ont plutot plus tendance a travailler qu'a porter le voile, et generalement elles beneficient d'un plus haut degres d'egalite avec les hommes, bien que les lois de l'heritage en Kabylie sont moins favorables pour elles que dans le reste de l'Algerie. Je me rappelle avoir demande a un jeune homme a Tizi-Ouzou, si oui il y'avait des mariages "mixtes" dans sa famille. "Oui" il m'a dit, " Mon frere est marie avec une femme francaise" , mais y'a t-il des membres de ta familles maries avec des arabes ? J'ai demande. Il m'a semble qu'il a eu un frisson rien qu'a cette idee : " Leur mentalite est completement differente de la notre." Mais en fait, les Kabyles souffrent des memes problemes que les autres algeriens : Manque de logements, chomage, mauvais soins medicaux. En de termes strictement economiques, ils ne sont pas en pire situation non plus, peut-etre meme qu'ils sont mieux que les autres algeriens, puisqu'ils ont tendance a etre plus instruits et a parler couramment le francais, outil jusqu'a present indispensable pour ceux qui cherchent de l'emploi dans certaines carrieres ; La plupart du temps aussi, ils beneficient de mandats envoyes par des membres de leurs familles a l'etranger. C'est pour ca que plusieurs algeriens, y compris les Kabyles de la 2eme et 3eme generation vivant a Alger, vous diront que " le probleme Kabyle" est en majorite dans dans leurs tetes - que, comme dit un intellectuel, " Ils ont un complexe comme quoi ils sont victimises plus que nous autres." Ca peut-etre vrai, mais ce qui fait la meche de la revolte n'est pas autant le manque que la presence de la perception de l'intolerance dans la culture. Telle pereception a fomente la conscience du mouvement berberede la fin des annees 1970, qui a atteint le sommet pendant le " Printemps Berbere" de 1980, une vague de manifestation pacifique qui a eclate apres que l'Etat ait interdit un cours sur la poesie Berbere par Mouloud Mammeri, un celebre ecrivain Kabyle, a l'universite de Tizi-Ouzou. ( L'universite a depuis, ete rebaptisee Mammeri). Comme tout Kabyle de sa generation, Brahim Salhi- un citadin, sociologue francophone de 50 ans- craint que l'atteinte a la democratie du Printemps Berbere, est entrain d'etre mise de cote par une forme de politique de pouvoir ethnique plus atavique. " Le Printemps Berbere" indique t-il, en tirant longuement sur sa cigarette, " a ete mene par des professeurs, des ingenieurs, des avocats qui etaient le fruitde la modernisation mene par l'Etat. Notre slogan, n'etait pas l'autonomie pour la Kabylie, il etait " libertes democratiques." le mouvement Kabyle etait une sorte de tete pour la democratie en Algerie. Aujourd'hui, au-lieu de manifestations, on a des emeutes, parceque il y'a un manque total de direction politique." La raison pour ca, c'est la guerre civile. malgres que la plupart des kabyles detestent le fondamentalisme radical, les deux principaux partis politiques Berberes se sont amerement divise sur le fait que, s'il faut ou pas supporter la suppression, la plupart du temps brutale, des islamistes par le gouvernement. Embourbes dans des chamailles, ils ont perdu beaucoup de leurs adherents. Durant la recente Intifada, des jeunes ont incendie les bureaux des deux partis. Le vide politique a ete rempli, cependant, par des comites de villages, dans les quels, les hommes des villages avoisinants - les femmes sont exclues - se rassemblent pour decider sur les affaires communes. Une autre curiosite des temps, est le mouvement separatiste pour l'autonomie de la Kabylie ( MAK) mene par le chanteur populaire Ferhat M'henni, qui regarde l'Autonomie comme " un premier pas envers un Etat federal" chose que les dirigeant d'Algerie opposent impetueusement. Comme tous tels mouvements se reveillant de leurs propres puissances, les Kabyles ont produit leur propre mythologie distinctive, basee sur la lecture de l'histoire, aussi bien capricieuse que selective. Les "autonomistes" du MAK se decrivent comme etant des victimes de la conquete arabe, negligeant le fait que, les Kabyles se sont convertis a l'Islam et se considerent comme etant membres de la grande communaute musulmane. Cela depend a qui ils parlent , ils se comparent soit aux Palestiniens sous l'occupation, soit aux " Juifs au milieu d'un ocean d'arabes" L'ironie, que peu de jeunes radicaux estiment, c'est que, ces Kabyles qui ont rejoint les rangs du FLN et joue des roles importants dans la lutte de liberation portent au moins quelques reponsabilites dans la negligence de l'heritage Berbere en Algerie. Ces hommes, la plupart du temps, etaient plus hostiles au Berberisme que leurs homologues arabes. Comme les minorites dans une societe arabe, ils avaient la soif d'etre acceptes par la majorite comme des membres egaux de la civilisation arabo-musulmane, et ils detestent s'etendre sur tout ce qui les font remarquer. Comme nombre d'autre sujets piquants - comme la liberte individuelle, le statut de la femme, et le pluralisme politique- L'identite Berbere etait quelque chose qui pouvait attendre jusqu'apres "la revolution". Un apres-midi a Alger, J'ai parle avec Belaid Abdesselam, un dirigeant du FLN pendant la guerre, d'origine Kabyle, qui a fonde la Sonatrach, la compagnie petroliere de l'Etat, et qui a occupe brievement le post de premier ministre au debut des annees 1990. Un homme dodu, formel, avec une apparence exterieure deceptivement retiree, Abdesselam nous a servi des thes dans sa salle de sejour, couverte de tapis orientaux et decoree avec des verset coraniques ondulants. Le Beberisme, avance-il "Est un mouvement politique encourage par les francais et par l'Eglise. Ils ont invente l'idee du Kabyle faisant partie du monde Latino-romain , comme moyen de prendre revanche sur les Arabes." mais meme, admet-il, " quand les Kabyles parlaient leurs langue, ils etaient critiques de ne pas parler l'Arabe, et ca a cree une blessure". Et cette blessure, aujourdh'ui a trouve une expression dans les revendications chauffees de l'exceptionnalisme Kabyle. Les jeunes en colere de Tizi-Ouzou paraissent ne pas etre surs s'ils veulent revolutionner toute la societe Algerienne ( le reve du Printemps Berbere) ou bien se separer d'elle ( le but apparent du MAK) . Leurs decision dependra, en partie, sur l'approche du gouvernement, et aussi s'il a appris des fautes du passe. Parceque, juste comme la guerre impitoyable contre les rebelles islamistes au depart a produit plus d'islamistes, donc la repression sanguinaire de l'intifada Kabyle pourrait fomenter plus de separatistes. Quand l'Intifada a commence, le president bouteflika, une figure profondement meprise en Kabylie, a accuse les dirigeants des partis de l'opposition de remuer les emeutes pour saboter son plan economique. Depuis, il a poursuivi une startegie plus conciliante. En 2002, il a donne un status officiel a la langue Tamazight comme autre langue nationale. Et comme il prepare sa reelection pour Avril prochain, il a hate d'en finir avec le face-a-face avec la revolte sanguinaire. Une semaine apres le tremblement de terre qui a tue plus de 2200 personnes, la plupart d'entre eux des Berberes vivants dans les villes a l'exterieur d'Alger, le premier ministre de bouteflika, ahmed ouyahia, a demande aux dirigeants berberes locaux, de se joindre a lui dans des negociations pour mettre fin au conflit. Il s'est adresse a eux en Tamazight, parlant dans un ton urgent : " On doit trouver une solution a cette crise, parcequ'elle peut conduire a une catastrophe, et pourrait devenir a long-terme un danger pour notre pays si elle continue". Des mots promettants, mais les Berberes les ont deja entendu d avant et il va falloir beaucoup plus que de bonnes intentions pour gagner leur confiance. Apres tout, la reconnaissance historique de Tamazight de la part de bouteflika a ete ignoree par les Kabyles, qui ont, en grande majorite, boycotte les elections legislatives de Mai 2002- la seule region a avoir fait ca. Et Ferhat M'henni , le chef du MAK, l'a clairement indique que ses adherents ne seront satisfaits avec rien a part l'autonomie. Pendant ma visite au debut de Decembre, la situation paraissait s'empirer. La police dispersait les manisfestations Kabyles a Alger, et Belaid Abrika, ainsi que les autres emprisonnes, membres des comites de villages, etait en greve de la faim. La circulation entre Alger et Tizi-Ouzou etait souvent coupee a cause des emeutes Kabyles. " S'il va y' avoir un changement en Algerie, il doit venir de Kabylie" me disait mon conducteur, faisant echo de ce que j'ai deja entendu de la part des Kabyles. " Ca doit venir" est une expression, pas seulement, celle, a a peine d'une fierte regionale, mais celle d'un desespoir au sujet du reste du pays. Mon conducteur peut avoir raison, si oui, la Kabylie le foetus de la democratie en Algerie, ou bien celui d'un mouvement separatiste intraitable. Source : Boston Globe du 8 juin 2003


Date : 2003-06-08
Source : Boston Globe du 8 juin 2003


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
Envoyer l'article à un ami
Article lu 14074 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Commentaire N° : 1
Par: elbordji Le : 2009-12-05
Titre: hogra
Pays: Algeria  

Il m?a ?t? donn? l?occasion de lire sur le site ? Hogra-Centerblog ? un article r?v?lateur de l??tat d?esprit de certaines personnes qui se sentent les victimes expiatoires de la bureaucratie et de l?injustice de certains irresponsables dont le comportement r?trograde laisserait ? d?sirer. J?ai lu qu?un alg?rien pouss? dans ses derniers retranchements aurait pris la curieuse d?cision de demander la nationalit? isra?lienne. On y lit dans cette article cette phrase sentencieuse qui dit, je cite : ? Un cadre de la fonction publique de la Wilaya de M?sila demande la nationalit? isra?lienne ! ? On y lit, je cite : ? Il semble, Monsieur le ministre, que mon existence en tant qu?Alg?rien n?est pas souhait?e par les autorit?s s?curitaires, judiciaires et administratives. ? En d?cidant de commenter cet article, je n?ai ni l?intention de bl?mer Monsieur LAYACHI, ni de l?encourager ? se d?faire de sa nationalit?, si je le fais c?est pour d?noncer le comportement maffieux et plus que obscurantistes de certains cols blancs et de certains responsables qui, par leurs attitudes ?hont?es et leur haine envers les gens modestes, ils sont souvent ? l?origine de drames que rien ne peut justifier et encore moins excuser. C?est donc pour ?pingler les ronds de cuir irr?cup?rables que j?ai cru bon de me pencher sur le cas de LAYACHI, un cadre des Imp?ts dans la Wilaya de M?sila, qui n?est ni le premier ni le dernier car des cas similaires sont l?gion dans nos contr?es. Cet article ?difiant aurait ?t? publi? par le Journal EL-WATAN en date 23/10/2007. Voici, ? l?intention de mes amis internautes de LQA le lien concernant les deux articles de cette affaire pour ceux qui voudraient y jeter un coup d??il : Le lien de ces deux articles qui m?ont interpell? est le suivant : http://hogra.centerblog.net/6581309-un-cadre-demande-la-nationalite-israelienne. Il s?agirait donc d?un cadre alg?rien, Monsieur Amroune LAYACHI qui est victime de chantage et de m?pris de la part de ? Bourreaucratie ? qui n?a toujours pas fini de faire des ravages incommensurables et de causer des pr?judices irr?parables au sein d?une soci?t? en perdition qui a fini par perdre ses rep?res et ses principes moraux. ? force d??tre manipul?e par des apprentis sorciers la soci?t? est devenue inhumaine, impitoyable et cruelle. Petit ? petit, elle sombre dans un tourbillon cyclonique de haine et d?inimit?e malveillante gratuite. (Il aurait ?t? ?crou? par le magistrat instructeur le 28 du mois d?Octobre et il aurait m?me ?cop? d?une peine d?emprisonnement avec sursis.
Il faut comprendre la r?action de Monsieur LAYACHI qui, au bord de la d?pression et se voyant accul? dans ses derniers retranchements, aurait fini par donner un ultimatum de 30 jours au Ministre des Affaires ?trang?res qui ?tait le destinataire de sa demande, faute de quoi il passerait ? l?acte.
Quels seraient les griefs de ce Monsieur contre sa tutelle ? Il est possible de voir les d?tails sur le second article que l?on peut atteindre ? partir du lien Internet que j?ai donn? plus haut. (Il s?agirait d?une affaire de falsification etc.)
Harcel? et mis ? l?index par une administration ren?gate, monsieur LAYACHI ? certainement bien raison de p?ter les plombs pour menacer de changer carr?ment de nationalit?.
Croyez-vous, mes chers compatriotes et amis internautes, que si LAYACHI avait trouv? une ou?e attentive ? ses dol?ances et qu?il n?aurait pas ?t? pouss? ? bout et que s?il avait ressenti de la justice et de la magnanimit? dans son propre pays, il aurait franchi le pas jusqu?? menacer de changer de nationalit? ? Bien s?r que non ! En d?cidant d??crire au minist?re des affaires ?trang?res, LAYACHI voulait certainement l?alerter sur le comportement n?gatif et r?trograde de ceux qui le poussaient ? la r?volte.
Moi personnellement, je ne condamne pas son geste et j?essaie de comprendre su JUSTE r?action qui peut para?tre un peu excessive sur les bords mais qui reste dict?e par des circonstances aussi exceptionnelles qu?extraordinaires. Voyez-vous, messieurs les responsables o? peut conduire l?injustice ? Et dites-vous bien que les milliers de jeunes qui se suicident, ceux qui se jettent ? la mer pour fuir le pays, ceux qui se sont transform?s en terroristes, ceux qui sont devenus des alcolos ou des criminels, tous ses jeunes et les marginalis?s volontairement sont les victimes innocentes de votre syst?me de gouvernance obsol?te et archa?que qui a, depuis longtemps montr? ses limites mais malgr? tout cela vous n?avez pas eu la clairvoyance de l?esprit et la lucidit? de laisser place nette et de vous retirer pour laisser place ? des gens comp?tents qui ont les capacit?s et la volont? de g?rer les affaires de ce pays de mani?re responsable et digne. Il est inutile de vous faire un dessin, vous avez failli dans votre mission et le meilleur moyen de vous faire pardonner c?est de vous retirer avant d??tre oblig?s de rejoindre les ?gouts de l?histoire comme l?a si bien dit notre cher fr?re et ami Djameleddine BENCHENOUF.
Avec le souhait d?avoir apport? une modeste contribution ? l?intention de mes amis internautes fid?les au site LQA, je vous souhaite une bonne journ?e
 
 
 

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant r7nt9ty2 ici :  
 
 

 

D'autres articles :

Paris, 12 Oct 2019: une marche de solidarité avec le peuple kurde
Auteur: Mouvement des Kurdes en France - Date : 2019-10-16 - Source : Boston Globe du 8 juin 2003


Le message de DONALD TRUMP Aux africains
Auteur: Amazighworld - Date : 2019-05-12 - Source : Boston Globe du 8 juin 2003

France : Visibilité événementielle
Auteur: Mohammed Hifad - Date : 2018-12-03 - Source : Boston Globe du 8 juin 2003

Rwanda est au premier rang en Afrique
Auteur: Amazighworld - Date : 2018-06-18 - Source : Boston Globe du 8 juin 2003





Crimes de guerre : La coalition arabe au Yémen est pointée du doigt par l’ONU
Auteur: correspondant - Date : 2017-02-01 - Source : Boston Globe du 8 juin 2003

La droite alternative américaine : Nous nous révolterons si Trump nous déçoit
Auteur: Amazighworld - Date : 2016-12-29 - Source : Boston Globe du 8 juin 2003




Le Supertanker américain contre incendie a atterri en Israël
Auteur: Amazighworld - Date : 2016-11-25 - Source : Boston Globe du 8 juin 2003

Israël se brule et ses voisins arabes se réjouient
Auteur: Amazighworld - Date : 2016-11-24 - Source : Boston Globe du 8 juin 2003

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.