Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Maroc : un Etat de droit ou non?


N’importe qui vous dira qu’au Maroc, nous sommes dans un Etat de droit , ce qui se résume pour la forme à avoir un avocat pour sa défense et à ce que les lois en vigueur soient appliquées , comme le fait d’envoyer en prison pour 20 ans de simples citoyens qui croyaient manifester pacifiquement pour demander du travail, des écoles , des universités etc. , c’est-à-dire des choses qui devraient déjà être réalisées sans qu’ils aient à les revendiquer dans un Etat normal qui se respecte et digne de ce nom.

Mais chez nous , depuis le protectorat ,l’administration efficace n’est pas celle qui règle les problèmes de ses administrés mais au contraire doit les créer s’ils n’existent pas pour occuper les gens et les éloigner de la politique et de la chose publique, le monopole du palais franco-marocain.

Oui pour un Etat de droit mais un droit du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Hassan II a passé toute sa vie, en tant que juriste de formation, à créer des lois impopulaires et à 100% favorables pour la monarchie absolue.

La constitution de 2011 n’a rien changé aux lois laissées par Hassan II et la France coloniale.

Les militants du Mouvement rifain qu’on devrait juger pour trois ou quatre mois de prison au maximum pour avoir organisé des manifestations non autorisées , et encore avec sursis, vu que tous ces militants n’ont pas d’antécédents judiciaires , se trouvent accusés de vouloir porter atteinte à la sécurité de l’Etat , comme les putschistes rifains de 1971/1972.

Peut-on d’ailleurs obtenir l’autorisation d’organiser des marches de la même administration dont on veut dénoncer les agissements ou la mauvaise gouvernance ?

Ne faudrait-il pas qu’il y ait un organisme autonome qui ne dépend pas de l’exécutif pour qu’il puisse octroyer ces autorisations en toute neutralité et objectivité ?

Pour parler d’un Etat de droit, ne faudrait-il pas d’abord changer toutes les lois en vigueur impopulaires ?

Un droit dit national qui vous dit que pour parer à l’urgence ,au cas où le législateur marocain se trouve face à une situation nouvelle , non prévue par le droit marocain , il peut se référer au droit français de l’ancienne puissance coloniale s’il y trouve une situation similaire dans l’attente qu’il légifère lui-même , est une manière de prolonger le colonialisme et en plus cette loi empruntée ne sera jamais changée comme c’est le cas pour la majorité de nos lois en vigueur depuis le protectorat.

Face à cette situation, c’est difficile de parler désormais de manifestations pacifiques et d’un Etat de droit au Maroc.
Il faut une résistance ou une révolution armée étalées sur une longue durée pour qu’on puisse tout changer un jour.

Au lieu d’avoir peur du syndrome irakien, libyen, yéménite ou syrien, il faut plutôt y voir un mal nécessaire sur le chemin de la vraie indépendance, de l’égalité, de la démocratie, de la dignité et de la liberté.

Tous ces pays déchirés qui nous font peur aujourd’hui vont se reconstruire douloureusement, lentement mais sûrement, sur des bases solides et de nouveaux projets de sociétés plus développées.

Nous serons bientôt par rapport à eux très en retard et arriérés.
Même si l’Angleterre a fait avorter la révolution tunisienne en y envoyant et soutenant El Gharnouchi préparé de longue date pour ce faire comme la France a fait avorter la révolution iranienne en y envoyant Khoumayni, nous constatons de jour en jour de réels changements en Tunisie qui devient la locomotive de tous les pays qui aspirent au changement .

L’Europe que nous connaissons aujourd’hui est sortie de ses propres cendres après la 2e guerre mondiale.

Et monsieur Donald Trump doit s’ingénier aujourd'hui pour la détruire et permettre aux nouvelles générations Américaines un nouvel Eldorado pour un autre siècle sur le dos de l’Europe, d’une manière ou d’une autre.

C’est ce faux statut quo ou fausse stabilité au Maroc et en Algérie qui doivent nous faire peur et nous interpeller avec raison .

Quant aux pays dits déchirés et détruits aujourd’hui , au contraire , ils sont en train de se métamorphoser , de renaître dans la douleur , j’en conviens, mais le corps du peuple , comme celui d’un individu, oublie vite les souffrances des opérations chirurgicales et des greffes nécessaires pour sa survie et bonne santé physique et mentale.

Foulouste.
Dimanche 12 août 2018.


Auteur: Mohammed Hifad
Date : 2018-08-26


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Mohammed Hifad
Envoyer l'article à un ami
Article lu 4787 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant 54n1afdg ici :  
 
 

 

D'autres articles :









Ce que je crois
Auteur: Moha MOUKHLIS - Date : 2017-08-10








 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.