Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Imazighen et la ligue arabe

Par: Zaid Ouchna Vers la fin des années quarante, la France et l'Espagne avaient réussi finalement à refouler par une série de chocs répétés la résistance du peuple Amazigh marocain dans les montagnes et les déserts. Au début des années cinquante, elles assuraient la relève à une horde d'orientalistes ménagée pour cette mission auparavant dans des centres spécialisés au Caire en Egypte. Les occidentaux passaient la main des institutions du Maroc au fur et à mesure à leurs serviteurs et bons élèves dans la sauvegarde de leurs intérêts économiques et stratégiques. Entre les deux parties, tout le monde trouvait satisfaction à ses comptes, partant soit-il comme l'arrivant. Le peuple du pays, lui, n'était pour lui qu'un gibier de potence. En 1958, le pays est enlisé déjà dans la ligue arabe créée en 1947 à Alexandrie en Egypte. C'est une organisation purement ethnique qui regroupe la race arabe. Elle a pour but d'afficher son identité et sauvegarder les terres conquises. Pour elle, tout est arabe surtout ce qui ne l'est pas! Elle est symbolisée par une chaîne en forme de croissant- chaque maille tient de sa précédente sœur - et une couleur presque verte pour signifier l'islam. Le peuple Amazigh encore traumatisé à l'époque s'est tû. Ce qui a fait dire à un de ses leaders à Ajdir: «Le fait qu'ils nous enveloppent dans un monde qui n'est pas le nôtre ne nous tuera pas, mais sachez qu'il n'y a pas de quoi non plus en sourire car le mal à venir ne sortira plus des canons!». Sa naïveté le poussait à faire des concessions pour éventuellement voir, avec les autres, l'avenir dans des lunettes roses. Mais c'était mal compté sur une idéologie dévastatrice et inhumaine qu'il était en train d'importer dans son propre fief. Il est vrai qu'à cette époque là, il était lassé par une colonisation sanglante et pleurait encore sa fierté perdue. Même si je n'étais pas présent, tout laisse à croire qu'il était préoccupé surtout à sa survie quotidienne et à sa sécurité. Tout le monde sait qu'il était soigneusement mais sauvagement appauvri et dépossédé des richesses de sa propre terre! La politique politicienne ne figurait toujours pas dans la liste de ses préoccupations premières. L'essoufflement et la stabilité d'abord pensait-il? Après l'effondrement de sa vraie élite et de ses forces dans des diverses régions, bien entendu séparées les unes des autres, il faudrait du temps pour espérer un regroupement digne et un retour en soit. Or, ce manque à gagner très critique ne pouvant être dissimulé à personne, il était bien perçu par les faucons détracteurs. L'enjeu était évidement de taille: "la main mise sur le Maroc!". C'était ici que le peuple Amazigh est pris de vitesse. On annonçait alors au monde que le Maroc fait partie des pays arabes! Un pays qui n'avait toujours pas de constitution faisait siège à part entière de la ligue des états arabes. La fuite en avant est belle et bien amorcée pour un fait accompli.. Les différentes parties du peuple amazigh n'avaient ni les moyens de communication ni les médias susceptibles de porter sa voix devant la scène de l'intérieur comme de l'extérieur. Elles n'avaient alors que la voix de ses poètes qui étaient toujours ses porte-parole. Le poète SAKKOU en disait justement en 1959 dans un de ses poèmes -réveils de consciences de ses concitoyens: -«..Ddan ayet lhizeb ar sgillin timizar ar d-ismuttur tibettanin d imendi ur ikki lhal am sbeo cur, ibbey uhidus alin ayet Rrif gin ttura ghef ighwenba issutey-assen ljic d lqqewwa izzayed iwujilen setta alef n bnadem ayed yudern g imezdagh iwa pan lafut tamezwarut s agh-bdan. Ifafa-d Oellal pan Rrif ifesta beoda.. Iddu s ayet lhizeb ixataren isiwel digh, Inna-yasen: «pan aryaz lligh nna numen ighder-agh, Idda kullu mayed nellem yaghul tilezda.» A wi han lxamis digh issen is utten aghwujdim Igher-as i Lhasan n ayet wazzan s lmeglis Inna-yas:- mani lhizeb mani g tin-tgid? Inna-yas:-ku yan digsen ad ioayed i wedghar. Pat idda-nn Oellal s lmeglis iwwet ahezzam, Inna-yak:-lehkam win ifasiyen ayed gan! …Dinnagh ayed tengha catt zzur awed ssebyan..!» Au début des années soixante, le peuple va faire le payerau victime de la constitution de 1962 unique en son genre dans les anales de l'histoire de la civilisation universelle. Une minorité allait en effet se donner mandat pour élaborer la constitution du Maroc dont elle fait fi de la majorité! Cette dernière stipule que notre pays hérite d'une langue, unique, étrangère mais officielle, je nomme pour vous la langue arabe. L'islam en est la religion de l'état. Les dés alors se sont jetés et rien ne va plus! Elle est présentée comme une première et sacrée constitution car elle est votée un certain vendredi. Le religieux se mêle au politique: «-Notre destin est écrit, il en est ainsi, notre bon dieu l'a bien voulu ainsi». Tels étaient les arguments lancés à l'encontre des Imazighens proches de Rabat et de Fès. Les autres mordaient les doigts, eux, à qui on demandait tout simplement de dire: «Oui» à la liberté et à la prospérité du Maroc! Les textes des lois de la dite constitution n'étant bien entendue pas diffusées dans les autres cotés du territoire du triangle d'or. Même s'il en était le cas, elle était rédigée dans une langue parlée par un pourcentage quasi nul de la population. La supercherie était en flagrant délit, mais le fait accompli s'est mis en place. Pour le monde, la constitution marocaine est officielle et approuvée par la population à 99,99% des voix. .. Lors d'une de ses réunions à Rabat, la compagnie de Allal, manifestait sa satisfaction de sa «réussite» historique. Ce qui a fait dire au «leader» la déclaration suivante: «-Oui, c'est une réussite historique, mais ne vous réjouissez pas trop avant qu'un petit berbère, se rentrant chez lui de l'école, ne comprenne plus son père et vis versa, c'est maintenant que la tache difficile doit commencer. Il doit falloir tout arabiser: le passé, le présent et le futur!» Une directive mise en application à la lettre les années qui ont suivi! Les premières leçons d'histoire qu'un enfant marocain «apprend» à l'école en sont la meilleur des démonstrations de l'absurdité dans le monde. Comment peut-il être imaginable, pour un être humain convenablement constitué, d'apprendre aux petits enfants innocents des mensonges sur leurs propres ancêtres et sur leurs propres origines? Comment est l'état de la conscience d'un instituteur de la cinquième année scolaire (ancienne CM2), de dire à un enfant, dans son premier contacte avec les leçons de l'histoire que son origine est soit de la tribu des «BANI KOULEIB» soit d'une tribu Nord africaine sauvage et non civilisée! Les premières leçons d'histoire en effet stipulent ce qui suit: 1-La première leçon d'histoire porte sur: La " ville" et la tribu arabe avant l'islam. Intitulée par une carte d'orient de KOREICH. 2-La tribu des BANI KOLEIB:. 3-Fondation de la nation ARABE: 622-632 avec l'arbre généalogique des RACHIDIS. 4-L'Afrique du Nord: Elle est ARABE et MUSULMANE depuis l'an 643c'est à dire 23 ans seulement après l'apparition de l'islam! Intitulée par une carte montrant qu'il n'y avait au Maroc de Tafilalet à Ceuta qu'une tribu non organisée appelée: SENHAJA!! Mon père! Dieu ait ton âme, toi qui n'avais jamais prononcé (je dis bien jamais) un seul mot d'arabe, toi disparu en 1999! Sache que je t'ai toujours compris et mes enfants me comprendront en Amazigh pour tout le temps malgré l'absurdité des programmes de l'école marocaine!


Auteur: Zaid Ouchna
Date : 2003-11-21
Source : www.tawiza.net


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Zaid Ouchna
Envoyer l'article à un ami
Article lu 13069 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant iix8btn7 ici :  
 
 

 

D'autres articles :







VŒUX POUR L’ANNEE 2019
Auteur: Madjid AM - Date : 2019-01-03 - Source : www.tawiza.net


Valls: un homme, du reniement à la trahison
Auteur: id Bawziki - Date : 2018-09-27 - Source : www.tawiza.net







8 ans aprés, c’est la 2eme révolte sociale Iranienne
Auteur: Amazighworld - Date : 2018-01-02 - Source : www.tawiza.net

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.