Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Hommage à Sakkou

Une voix du désert s’élevait  du sud-est marocain, dans la pampa entre les versants Est du haut Atlas et le Nord de l’anti-Atlas. Une voix mystique,  d’un jeune homme qui venait de répandre dans la kermesse de l’Ahidous son premier Izli, comme baptême du chantre qu’il allait devenir. C’était à Ighrem n Gardmiyt à Tinejdad en 1940.  Dans la douleur d’un long parcours, plein d’embauches  et parfois maugrée par la force endurée  du subie, cette voix allait sévir, pour plus tard  servir de réveille des consciences des décennies durant. Savante, mais   soufrante, elle avait pris la mesure de se faire peut être entendre  par un monde dit libre ; mais assurément sourd. Elle interpellait, et toujours encore, les valeurs universelles, défendues pourtant par le même habitant   de la terre ! A l’image d’une locomotive, sa langue tire des wagons des injonctions de la noblesse de l’âme, la haine contre la tyrannie, la douceur du tempérament, l’indulgence devant les croyances des autres, la bonté pour les malheureux et le respect de l’humain. Elle était libre. Elle était Amazighe. C’était celle d’un poète pas comme les autres, né en 1924 à Ighrem n Igwelmimen et disparu  le 7/12/2006. C’était celle de  Aâchaq Sekou. C’étais celle de   SAKKOU.

Voici par ailleurs un extrait des Izlan du défunt poète, échangés avec un autre grand poète feu  Ouâsta en 1953.

« Asgwas n 1953, ar ttasey Fransa winna iran azarug (indépendance) s lhebs. Yili uhidus g imi n ighrem n Igwelmimen, ajin ahidus inna-d  Sakku g izli :

*Waxxa smaren wuccan ur idhir lxuf

Izimer ur ighiy ad ibdu d umeksa.

Irar-as Uâsta inna :

*Addag nanney winna illan g unemri

Nkk’-asent inefiy ad ur agh-d-igher’ ka

Sakku :

  • Mek ak-d-ighra ka illan g unemri

Âawen-asen-t ar ayenna iga rebbi

Uâsta :

  • Gwdegh ad âawengh i ka illan g unemri

Isirs-agh-t, sbibben-agh-d azaza

Sakku :

  • Bnadem ineyyan, ass-nna g yuwed wass

Da yas-yakk’ ljid igherman g itterbah

Uâsta :

  • Bnadem idern asif addag di-yedda

Mek t-ingha rebbi digs imun d imeâsan

Sakku :

  • Unna ira rebbi ad t-ihasb is rwan

Meqqar di-dern asif, innal-d asaka

Uâsta :

  • Inna-k Mulana, awey hider a yadar

Max is k-uznegh ad tged tazzla s afa

Sakku :

  • Agh-ak leqlem a yan bnadem ademmaâ
Uru-d ghif-k tirra wer di-ygi rebbi

Uâsta :

  • Addag tannayd a yan bnadem inighan

Ughul s tterf, illa lebla g lanqqar ».       

Il disait également:

  • Ulligh yad i dilligh nna g da ttessam

Annayegh asrâib-a qbel ad yawd da.

  • Ur udjigh g iwaliwen mayed ur nnigh

Meqqar yad tenyamam ur i-ygi rebbi!


Auteur: Zaid Ouchna
Date : 2006-12-10


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Zaid Ouchna
Envoyer l'article à un ami
Article lu 4527 fois

 

Les commentaires

Important :Prière noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non destructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant igwf4s6i ici :  
 
 

 
AIR ALGERIE, OU ES-TU?
Un avion d’air algérie s’est crashé à l’ouest de GAO, au nord du Mali, la nuit du 24 juillet 2014. Les 118 passagers à bord, ont tous péris. Il y a des ressortissants de l’Espagne,(l’équipage), de la France, du Burkina Faso, du Liban, du Canada, du Chili, du Luxembourg, de la Roumanie, selon les informations mises à disposition du public. ... Lire la suite - - Auteur: Ahmed Assermouh - Date : 2014-07-28

 

 
Il y a un début à tout!
Nous avons là l’exemple(1) du Rais et de son parcours traditionnel à partir de la fin du 19e siècle environ où l’emprise du bigotisme commence à se faire sentir chez les Amazighs de Haha. Ma grand-mère paternelle était une Raissa poetesse qui jouait du tambourin, Taguenza, et avait sa propre troupe d’ahwach composée de jeunes filles et de garçons , de femmes et d’hommes , ce qui est inconcevable aujourd’hui à Haha.... Lire la suite - - Auteur: Mohammed Hifad - Date : 2014-07-27

 

 
En quoi les musulmans sont-ils utiles à l’humanité?
Hirsute, violent, édenté, sale, yeux exorbités, rageur, ongles courbés, intolérant, affamé, cannibale et impossible à fréquenter. C’est le portrait imposé de « l’arabe », alias le musulman de souche, de l’Océan à l’Océan. De quoi vous donner envie de préciser l’essentiel de l’avenir : je suis algérien et pas arabe. Je suis humain et j’ai le choix d’être musulman ou pas. A ma manière, discrètement, entre moi et le ciel, Dieu et le murmure.Car pour le reste, je n’en veux plus ! Je ne veux pas le dire, le répéter, y insister ni le revendiquer, ni le proclamer. Sur la scène de la création vaut mieux se proclamer aujourd’hui extraterrestre que musulman. Car cette nationalité céleste détient désormais le monopole de la bêtise, de la capacité d’être manipulable jusqu’à l’absurde, de l’idiotie, de la détresse et du meurtre et des fatwas surréalistes. ... Lire la suite - - Auteur: Kamel Daoud - Date : 2014-07-24

 

 
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire
Au nom des nombreuses victimes innocentes, respectez les Conventions de Genève! « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.» Albert Einstein ... Lire la suite - - Auteur: Nassim SAID - Date : 2014-07-23

 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.