Arabe
English
 
 
 
 Editoriaux
 Lu dans la presse
 Opinions publique
 Bréves
 Rendez-vous
 Interviews
 Flashs
 Courrier des lecteurs
 Sondages
 Forum
 Journal du rire

Contactez nous

Interview de Belkacem LOUNES, Président du CMA, accordée au journal Marocain Al-Michaal le 30 mars 2007

Que pensez-vous de ceux qui prétendent que l’identité du Sahara est amazighe ?

Ce n’est pas une prétention mais une réalité à la fois historique et actuelle. Ces territoires font partie de Tamazgha et ont depuis toujours été habités par des Amazighs, notamment des Touaregs au mode de vie nomade. C’est le cas depuis la Libye jusqu’à l’océan Atlantique. Le peuplement et la toponymie amazighs sont toujours là pour le prouver. Si on prend l’exemple de l’ex-Sahara occidental, les localités s’appellent : Anzaren, Guelta Zemmour, Imlill, Agoninit, Tifarit, Aoussard, etc. Même Nouakchott est un toponyme amazigh. Bien entendu, l’arabisation étant aussi passée par là, beaucoup de noms de lieux ont été arabisés, comme ailleurs dans les pays de Tamazgha. D’une manière générale, je ne vois pas comment pourrait-on prétendre que le Sahara est arabe alors que l’Est, l’Ouest et le Nord sont amazighs et au sud il y a l’Afrique noire. Quelques commerçants arabes même installés là depuis longtemps, ne peuvent suffire à modifier la nature amazighe du Sahara.

Comment voyez-vous le séparatisme du Polisario ?

En tant que peuple amazigh qui lutte pour ses droits et sa liberté, nous sommes par principe, solidaires de tous les peuples en lutte pour leur émancipation. S’agissant de l’ex-Sahara Occidental, le problème se pose dès lors que le Polisario a créé la République Arabe Sahraoui Démocratique (RASD). En tant que mouvement amazigh en lutte contre des Etats arabistes (d’Afrique du Nord), nous sommes naturellement contre tout projet de nouvel Etat «arabe» en terre amazighe. Nous avons rencontré à maintes reprises sur les places internationales, des responsables du Polisario et de la RASD et nous leur avons expliqué notre position. Nous leur avons même proposé un défi : qu’ils changent leur appellation en supprimant la référence exclusive à l’arabité et qu’ils élaborent un projet démocratique et pluriel et nous serons prêts à les soutenir.

 

Quelle est la position du mouvement amazigh nord-africain concernant les conflits qui sévissent au Sahara ?

Les conflits ouverts qui sévissent dans le grand Sahara sont de différentes natures : il y a ceux qui opposent les Touaregs du Mali et du Niger aux gouvernements et celui de l’ex-Sahara Occidental.

S’agissant des Touaregs du Mali et du Niger, le conflit est principalement lié à la marginalisation multiforme qu’ils subissent. Ils sont écartés de tous les centres de décision, privés du bénéfice des richesses naturelles qui se trouvent dans leurs territoires, socialement relégués et toujours repoussés plus loin vers les espaces les moins utiles et où les conditions de vie sont les plus âpres. Pendant ce temps, les Etats de la région (Mali, Niger, Algérie, Libye) mettent la main sur les gisements de richesses du Sahara (pétrole, gaz, uranium…) avec l’aide de firmes multinationales où les Touaregs n’ont même pas droit à un emploi ! Les appels de détresse des Touaregs dans les années 1990, n’ont reçu en réponse que la répression qui a fait plusieurs milliers de victimes parmi les populations. Après ces massacres, des promesses ont été faites mais sans lendemain. Il ne restait plus alors aux Touaregs que la solution de prendre les armes une nouvelle fois, comme moyen d’alerter l’opinion publique et pour imposer qu’on les écoute et qu’on entende leurs revendications. Ce peuple n’aspire pourtant qu’à préserver son identité, à jouir des ressources que lui offre ses territoires et à vivre libre et en amitié avec les autres peuples.

Quant au conflit de l’ex-Sahara Occidental, il a également comme source, le pouvoir, le contrôle des richesses et le besoin d’hégémonie des Etats. Les peuples de la région ne sont pas concernés par ce conflit qui est d’abord et surtout une confrontation entre Etats. Les populations et en particulier les Amazighs, n’ont été impliqués de part et d’autre, que comme soldats, c’est-à-dire comme victimes. Un sondage sur la question du Sahara, publié récemment par « Le détective marocain », donne 36,4% des marocains qui sont pour l’autonomie et 36,4% qui « s’en fichent » ! Presque 3 marocains sur 4 bottent donc en touche, ce n’est pas leur conflit, ils n’ont été ni à son origine, ni ne seront appelés à son dénouement. Alors ils s’en moquent et cela doit être pire en Algérie ! En revanche, je suis persuadé que la quasi-totalité des populations d’Afrique du Nord seraient vivement intéressées par un sujet comme l’ouverture de la frontière algéro-marocaine.

En définitive, s’il y a une réelle volonté d’une paix juste, il serait temps que toutes les parties concernées fassent l’effort de s’asseoir autour d’une table pour négocier une sortie honorable à un conflit désastreux et qui n’a que trop duré.

Comment appréciez-vous l’idée de l’autonomie ? Et quelle serait la position des Amazighs du Sahara à ce sujet ?

En tant qu’Amazighs, nous pensons que le fédéralisme et par conséquent les autonomies régionales, sont la solution à la fois en faveur de l’amélioration de la gouvernance des Etats et comme moyen de préserver notre identité. Au Maroc, il me semble qu’il y a un large consensus sur ce point et le mouvement amazigh marocain revendique clairement cette option. Il en est de même pour plusieurs autres régions en Afrique du Nord comme la Kabylie et l’Aurès en Algérie, ainsi que le pays Touareg. C’est pour nous, la solution d’avenir.

B. Lounes


Auteur: Lounes Belkacem
Date : 2007-04-08


Suivez-nous sur Facebook
 

 
Communiquer
Partager sur Facebook avec vos amis-es
 
 
La plume de Lounes Belkacem
Envoyer l'article à un ami
Article lu 10996 fois

 

Les commentaires : Important :Prière de noter que les commentaires des lecteurs représentent les points de vue de leur auteurs et non pas d’AmazighWorld; et doivent respecter la déontologie, ne pas dépasser 6 à 10 lignes, critiquer les idées et non pas les personnes, êtres constructifs et non déstructifs et dans le vif du sujet.

 
Votre commentaire ici :
Nom
Email (votre email ne sera pas affiché)
Titre
Commentaire
  Sécurité : copier le code suivant nibvcsrd ici :  
 
 

D'autres articles :

 
Niger : Entretien avec le chef du parti politique MDR Tarna Dr Adal RHOUBEID
Nous reproduisons cet entretien réalisé par un confrère avec le chef du parti politique le mouvement Démocratique pour le Renouveau - MDR-Tarna, qui veut dire le triomphe (Tarna) en Amazigh touareg. ... Lire la suite - - Auteur: Amazighworld - Date : 2015-08-25

 

 
Sommet des peuples Amazighs: L'ex Algérie symboliquement enterrée dans les instances du CMA (Entretien avec Hocine AZEM, Vice-président pour le Pays kabyle)
Si un seul mot devait être retenu des travaux de la 7è session du Congrès Mondial Amazigh qui s'est déroulée du 24 au 26 juillet à Agadir, c'est incontestablement le mot "Ex-Algérie" qui le serait. En effet, le statut des peuples Amazighs qui composent "l'ex-Algérie" a fait l'objet d'âpres débats avant que la vice-présidence "Algérie" ne soit définitivement "enterrée" au profit des peuples et des pays catégorisés dans cette désormais "défunte" appellation. ... Lire la suite - - Auteur: Hocine AZEM - Date : 2015-07-28

 

 
Interview avec le grand chanteur Amazigh AKLI D à Marrakech
 : Nous les Kabyles, on a trop mélangé la politique qui nous a séparé et nous a éloigné de notre objectif, parce qu’une fois qu’on sépare un peuple y a plus d’amour ni fraternité. J’ai un conseil à donner aux artistes, on est là pour réunir les gens, il ne faut pas qu’on se prennes pour des politiciens, on est pas des politiciens, il faut qu’on défend des valeurs humaines, culturelles et historiques, et le temps fera les choses et le combat sera plus positif ; Mais, si on mélange la politique à la musique, ça peut .... » .... Lire la suite - - Auteur: Samir N'ayt OUIAZAN - Date : 2015-02-26

 

 
Que Dieu bénisse l'Afrique et les africains
Hier Dimanche 19 janvier, j'étais invité par l’évêque de Cathédrale Saint-Pierre de Rabat à intervenir sur le thème de la Migration ... à l'occasion de la 100ème Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié célébrée par L'Eglise catholique ... Après mon intervention, un ressortissant chrétien originaire de la cote d'ivoire qui s'appelle Jésus, est venu me voir et voici ma discussion avec lui:

... Lire la suite - - Auteur: Omar Louzi - Date : 2014-01-20

 

 
Entretien sur le Dahir Berbère à Marrakech : saviez-vous Monsieur qui avait signé ce Dahir?
Il y'a quelques semaines, j'étais invité pour une soirée chez un ami, dans sa grande villa à Marrakech ... l’homme, est connu dans la sphère industrielle, qui lui a permis de ramasser une fortune colossale ... elle consacre ses week-end ... à recevoir du Beau Monde ... et à organiser des fêtes faramineuses ... ou il invite ses amis et un max de jeunes femmes pour " faire jolie" disait-il ... ... Lire la suite - - Auteur: Omar Louzi - Date : 2013-11-05

 

 
Entretien avec un islamiste sur le Tamazight
Il y'a quelques semaines, j'ai été à la forêt de Hilton (Casablanca-Rabat) pour faire mon jogging matinal ... ce matin là, j'ai mis un Tee-shirt avec un un petit drapeau Amazigh sur la poitrine ... c'était un Tee-shirt qui m'a été offert par une amie canarienne lors de mon dernier voyage à Las Palmas ... J'ai commencé mon premier tour ... je croise un barbu qui courait dans le sens inverse ... j'ai remarqué qu' Il fixait le petit drapeau amazigh ... sur mon Tee-shirt ... il passe sans me parler ... 15 min après on se croise de nouveau et là, ils'arrête avant même que j'arrives à sa hauteur ... et me lance: " Salam 3laykoum!" et je répond :" Alikom Salam" ... je voyais qu'il voulais me dire quelque chose ... alors, j'ai pas hésité à m'arrêter tout en prenant quelques précautions d'usage ... ... Lire la suite - - Auteur: Omar Louzi - Date : 2013-11-03

 

 
En raison du divorce consommé entre le pouvoir algérien et la Kabylie, l’autonomie est une nécessité vitale
Une intreview avec Ferhat Mehenni réalisée par le journal marocain L'opinion (le porte parole du parti de l'Istiqlal). L’Opinion: Vous êtes président d’un mouvement qui proclame l’autonomie d’une partie du territoire algérien pour des causes identitaires et culturelles. Êtes-vous conscient des défis et entraves qui se dressent sur votre chemin en face d’un système qui vous accuse de trahison et de dépendance ?... Lire la suite - - Auteur: Journal l'opinion - Date : 2010-01-18

 

 
La langue berbère-tamazight ne mourra pas...
Interview de Abdelaziz Berkaï, enseignant de linguistique berbère à l’université de Bgayet (Bejaïa).
Parlez-nous de votre parcours ?Lorsque les manifestations du printemps berbère de 80 sont arrivées dans mon village (Raffour dans la wilaya de Bouira), elles m’ont surpris dans l’école primaire locale en train de subir un cours de langue étrangère. Les manifestants nous ont donc fait sortir dans la rue manifester et scander à haute et vive voix : « Imazighen ! Imazighen !... Ad nerreẓ wala ad neknu !... Je pense que ces évènements m’ont définitivement marqué. D’ailleurs au collège et au lycée, plus tard, avec trois autres élèves, nous avons crée un groupe (clandestin) de défense de la langue tamazight, avec des cartes d’adhésion et un sceau portant l’empreinte de l’emblématique lettre de l’alphabet tifinagh (Z). Etudiant à l’Université Mouloud Mammeri (en mathématiques), je faisais déjà des travaux sur le lexique de ma langue maternelle. J’ai toujours chez moi un gros cahier où sont consignées des noms de plantes en kabyle,
... Lire la suite - - Auteur: S.A - Date : 2009-12-24

 

 
Interview de Chabane Mourad, membre du conseil national du MAK
Azul agma, avant tout Tanemmirt Tamoqrant , Mourad est un kabyle fier de sa kabylité. Comme la plupart des dignes fils de notre grand peuple kabyle, je me suis engagé très tôt dans la lutte pour le recouvrement de notre droit identitaire sur la terre de nos ancêtres ! J’ai intégré ainsi les deux associations les plus actives dans le domaine culturel dans la région d’Aokas, à savoir Azday Adelsan N Aweqqas et Rahmani Slimane. Le boycott scolaire constituait pour nous, ...... Lire la suite - - Auteur: Chabane Mourad - Date : 2009-12-06

 

 
Interview de Tarik MIRA, député de Béjaïa et membre de la Commission des AE à l’APN, au sujet retentissement de la rencontre de football entre l'Algérie et l'Egypte.
Moubarak: Roi d'Egypte

Question : Le fils aîné du président Moubarak a qualifié le peuple algérien de sauvage, de barbare et de terroriste. Comment interprétez-vous cette diatribe ?
Tarik MIRA : le fils d’un président de la République doit plus que les autres avoir une attitude des plus respectueuses et essayer, dans ce contexte, de faire retomber la température. Il a préféré emboîter le pas à ces propres media qui, par ailleurs, sont sous contrôle, et ainsi créer un climat surréaliste par l’entretien d’une ambiance surchauffée. En acceptant de jouer le match du Caire au lieu de saisir la Fifa pour la délocalisation de cette rencontre, les autorités algériennes – politiques et non sportives – ont permis, entre autres, au fils Moubarak de tenir ce genre de propos. Quand on ne se donne pas de la prestance à la mesure de soi, on ne se fait pas respecter par les autres. ... Lire la suite - - Auteur: Tarik Mira - Date : 2009-11-28


 

 

Headquarters : Amazigh World  (Amadal Amazigh), North America, North Africa

  amazighworld@gmail.com

Copyright 2002-2009  Amazigh World. All rights reserved.